Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 16:17

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans REICHMANTV
commenter cet article

commentaires

Nico 05/07/2007 21:39

Après avoir contacté DKV Luxembourg afin de souscrire à une couverture maladie complète, il m'a été répondu que l'Etat français avait menacé cette compagnie d'assurance de "représailles" si elles persistait à répondre favorablement aux Français qui souhaitaient se délester de la Sécu. L'Etat français contredit donc sa parole et le droit européen libéralisant les services dans le Marché unique, au moment où il prétend faire avancer l'Europe. Il faut donc en conclure que l'avancée européenne nous éloigne d'un espace écononomique de libertés et nous rapproche du dirigisme soviétique.

NK 01/07/2007 18:32

Claude Reichman n'est pas honnête quand il fait référence aux directives européennes relatives au Marché unique pour justifier la mise en concurrence des régimes d'assurance sociale publiques avec les compagnies d'assurance santé privées. Tout un chacun peut télécharger les dites directives sur le site de la Commission européenne pour constater que les régimes nationaux de Sécurité sociale ne sont pas mentionnés dans ces documents. Par ailleurs la conception de ses directives a demandé plusieurs années. Chaque alinéa a été mûrement pondéré à la fois par les administrateurs et par les représentants des associations professionnelles. Or aucun délégué de ses régimes sociaux publics n'a été convié à participer aux groupes de travail préparatoires pour la bonne raison que les directives ne concernaient que les services d'assurance vie ou non vie d'origine privée. Qui aurait pu croire un seul instant que le conseil des ministres aurait laissé passer ces directives, si elles avaient été extensibles aux services publics d'assurance santé ou retraite? Les mises au point des commissaires européens au sujet du champ d'application de ses directives confirment par ailleurs que les régimes obligatoires ne sont pas couverts, au contraire des mutuelles et des régimes d'assurance complémentaire qui eux sont mis en concurrence avec leurs homologues étrangers européens. D'ailleurs cette libéralisation est plus théorique que réelle, car rares sont les européens à s'assurer à l'étranger quel que soit le risque couvert. Il en va de même des services bancaires, comme le montrent les études d'impact du Marché unique réalisées par des cabinets de conseil pour la Commission. On constera que ces rapports ne font jamais mention de la Sécurité sociale ou de son équivalent dans les autres Etats membres. Ces documents sont téléchargeables sur le site de la Commission (cf Direction Générale XV en charge des services financiers). Claude Reichman n'abusent donc que ceux qui ne connaissent rien au Droit européen des affaires.

Romain 29/06/2007 09:03

Les fonctionnaires européens vont bien rigoler si par un hasard très improbable il s'égarait sur cette vidéo, car ils sont les mieux placés pour savoir que la libéralisation du marché unique n'est qu'une pure fiction à l'usage des concepteurs de directives et autres règlements. Seul l'éternel gogo qu'est le consommateur moyen réduit à l'état de ventre sans cerveau s'imagine que l'on puissse libéraliser une écononomie en la réglementant toujours plus. Il faut croire que la contradiction est tellement énorme qu'elle en paraît une évidence qui ne souffre pas la contradiction. Nos gouvernants l'ont fort bien compris: il suffit dire Europe pour que le ciel laisse s'échapper des trombes de subventions qui sont bien évidemment le ressort du libéralisme. Un défi à la raison économique élémentaire? Non, seulement une rupture avec le bon sens ringard de grand papa.

Nicolas 28/06/2007 23:37

Les commentateurs britanniques ont été beaucoup plus féroces que leurs homologues français toujours lents à saisir le sens des événements. Pourtant il n'aura pas échappé lontemps aux observateurs d'outre-manche que la supression de la référence à un "marché européen libre et sans entraves" dans ce qu'il faut bien appeler le préambule de constitution signifiait bel et bien la mort de l'homme politique libéral qui allait inaugurer la révolution Thachérienne en France. En fait de quoi le Sarkozy apparaît maintenant au contraire comme le digne successeur des politiciens dirigistes partisans de l'immobilisme consensuel qui l'ont précédé: "a French statist leader". Qu'on se le dise: pour les Britanniques la rupture est consommée, place au vrai Sarkozy.
http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601039&refer=columnist_lynn&sid=aOMcOLA9TFAg

Articles Récents

Liens