Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 09:39

 


Ce que nous aurions fait


La continuité prévaut sur la rupture. Aujourd’hui comme hier, les syndicats prennent en otages des millions d’honnêtes gens pour faire plier le suffrage universel. Aujourd’hui comme hier, des chefs mafieux ordonnent à un Ministre de retirer sa réforme. Aujourd’hui comme hier, nos déesses du journal télévisé encouragent les grévistes en grossissant le nombre de manifestants.

Je ne critique pas les syndicats. Il faut bien qu’ils justifient les 350 millions d’euros de subventions qu’ils reçoivent chaque année des contribuables. A cela s’ajoutent les valises de billets du patronat pour permettre l’achat d’un appartement à Paris ou d’une maison dans le Lubéron. Après tout, il faut bien que tout le monde vive. Je critique encore moins le Ministre. Je lui trouve d’ailleurs une ressemblance sympathique avec le regretté jacques Villeret dans le « dîner de cons ». Quant aux pétasses de l’audiovisuel, à quoi bon leur faire des reproches puisqu’elles sont persuadées que leur cul est au centre du système solaire.

En revanche, indiquons ce que nous aurions fait. Au lieu de perdre du temps en parlottes, nous aurions abrogé le monopole de la SNCF et de la RATP pour autoriser les transports privés (cars, taxis collectifs) à concurrencer ou à se substituer aux transports publics. Par ailleurs, nous aurions réquisitionné l’armée pour organiser un service de camionnage dans les grandes villes afin d’afficher notre détermination.

Nous suggérons donc au Gouvernement de solliciter les conseils gracieux de la Révolution bleue : nous ne réclamons pas de sinécures et nous n’avons pas besoin de valises de billets.

Gérard Pince

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

commentaires

Michel Bartoli 26/10/2007 17:16

Bravo Monsieur Pince pour ces conseil judicieux, et si ma tante en avait ....cessez tous ces raisonnements stériles, vous n'etes pas competents, vous n'etes pas au pouvoir et ne le serez jamais, continuez à jardiner tranquillement, la France n'a as besoin de vous et de votre revolution bleu.

Michel (au passage je suis de droite).

Articles Récents

Liens