Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 08:59

L’association Liberté Chérie organisera le 7 février dans les plus grandes villes de France une opération de sensibilisation du public, et notamment des étudiants, pour :

- Expliquer en quoi flexibiliser l’embauche permet de faire baisser le chômage. En effet, sachant qu’il lui sera impossible de se défaire d’un salarié en cas de baisse d’activité, le chef d’entreprise décide souvent de ne pas embaucher du tout.

- Montrer que la vraie précarité, ce n’est pas la flexibilité, mais le chômage ! L’Irlande, les Pays-Bas, le Canada, la Nouvelle-Zélande, et surtout le Danemark – dont le Code du Travail tient presque sur un post-it – sont tous des pays qui ont éradiqué le chômage en introduisant plus de flexibilité dans le marché du travail. Par conséquent, tous ces pays ont un revenu moyen par habitant supérieur au nôtre. De plus, vu la facilité de retrouver un emploi, le licenciement n’est plus vécu comme un drame.

- Exiger une réforme du système éducatif, véritable usine à chômeurs, en s'inspirant par exemple de la réforme menée actuellement par le libéral de gauche Tony Blair. N’est-il pas paradoxal qu’il y ait un si fort taux de chômage chez les jeunes alors que les entrepreneurs ne parviennent pas à recruter ? Tous les entrepreneurs insistent sur l’incapacité du système éducatif à produire une main d’œuvre qualifiée !

Ainsi, pour en finir enfin avec le chômage, Liberté Chérie propose :

- que soit restaurée la liberté de négocier son contrat de travail avec son employeur, sans contrainte étatique
- que les établissements scolaires soient enfin rendus autonomes, pour s’adapter aux spécificités de leurs élèves

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article

commentaires

Candide 08/02/2006 09:40

LibreCours partage l'avis du rédacteur

et propose une analyse complémentaire aux lecteurs de Révolution bleue

Candide

Clay Rambar 07/02/2006 22:33

Le code du travail n’est pas sans rappeler le fixisme normatif de l’islam qui ne permet aucune évolution, et maintient ses captifs dans le marasme économique à perpétuité. Dans un monde qui implique de constants ajustements, crions d’une seule voix : « Non aux licenciements : subventionnons les fabricants de lessiveuses ! »
Allahou Wakbar !

Zébulon 07/02/2006 21:19

La liberté que tu défends, c'est la liberté du renard libre dans le poulailler libre.
Que peux-tu faire dans la vie, es-tu passé par des moments financiers difficiles ?
As-tu déjà fait des petits boulots pour pouvoir payer ton loyer, ou pour pouvoir bouffer ? En bref, as-tu galérer dans ta vie ?
Comment peux-tu dire que le droit du travail serait-il un faux droit ?
Je suis pour la liberté, mais pas la liberté d'exploiter, de voler, ni de tuer.
C'est amusant de voir que l'adage "Ta liberté s'arrête là où commence celle des autres" n'a plus aucun sens quand on tombe sur des visions de liberté comme la tienne.
Et puisque tu m'appelles ton adversaire, je me permets une petite citation:
"Tes amis te disent ce que tu veux savoir, et tes ennemis t'aprennent ce que tu dois savoir".

Gil Albert Li 07/02/2006 10:22

C'est le genre de commentaire qui prouve que nous sommes lus par nos adversaires, spécialistes des faux droits : ici le droit au travail. C'est toujours intéressant de relever que nous sommes une voix de la liberté qui bouscule évidemment les idées reçues. Mais espérons que dans la masse de visiteurs a priori hostiles, certains vont se mettre à réfléchir, à lire des textes épris de liberté (comme on en trouve de très bons par exemple sur le site du Québécois libre)... et à remettre leurs idées en cause pour découvrir la supériorité morale et de prospérité pour tout le monde d'un système de liberté !

Zébulon 07/02/2006 09:52

Ce n'est pas la précarité des travailleurs qui fait tourner l'économie à long terme.
Ca peut peut-être profité à court terme pour certains (les plus riches).
Pour les autres, c'est la galère au jour le jour, l'angoisse de se faire virer (pendant 2 ans, c'est énorme) qui vous bouffe la vie, l'impossibilité de s'investir sereinement dans une entreprise, l'insécurité intérieur qui empêche toute mobilisation salariale quand un scandale se passe dans l'entreprise, bref la régression des droits des travailleurs, et donc des droits de la personne.
Cette réforme est clairement au profit des patrons, et va diminuer considérablement le nombre de CDI, beaucoup plus qu'elle ne va créer des emplois.

Articles Récents

Liens