Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 09:48

Les malheurs de l'équipe de football du PSG sont une illustration de plus du mal français. En dépit d'un recrutement très coûteux, ce club ne réussit pas à s'imposer dans le championnat de France. Cette année l'équipe piétine, n'a plus confiance en elle et paraît même incapable du moindre sursaut d'orgueil.

Une grande équipe de football n'a jamais été un assemblage d'individualités, fussent-elles brillantes. C'est un groupe humain et, en tant que tel, il est soumis aux lois qui régissent toute entreprise collective. Au premier rang de celles-ci figure la nécessité d'un meneur d'hommes. Ce peut-être l'entraîneur ou un joueur bénéficiant de la confiance de tous les autres. Mais lorsqu'il s'agit d'un grand club aspirant à briller dans son pays mais aussi dans les compétitions européennes où le niveau est très relevé et les victoires particulièrement difficiles à remporter, le rôle de meneur d'hommes ne peut revenir qu'au président. Car il doit non seulement veiller à ce que le recrutement soit bon, mais aussi à ce que l'entente règne entre les vedettes de son équipe, à sentir les réactions du public, à mettre à l'abri les joueurs subissant une baisse de forme passagère, bref à être à la fois un grand patron et un directeur des ressources humaines. Autrement dit, pour qu'il y ait un grand club, il faut qu'il y ait un grand homme.

C'est le cas à l'Olympique lyonnais, le club qui domine le championnat français depuis trois saisons. Son président, Jean-Michel Aulas, a brillamment réussi à la tête de son entreprise d'informatique et il est le propriétaire du club, ce qui veut dire qu'il y a mis son argent. Au contraire, le PSG est la propriété de Vivendi, par l'intermédiaire de Canal +. Ces deux sociétés sont dirigées par des technocrates. Ils n'ont évidemment pas mis leur argent dans le club, mais s'efforcent avec talent de perdre celui de leurs actionnaires tout en s'attribuant les somptueuses rémunérations que mérite leur savoir-faire. Autrement dit, ils sont aussi bons dans le football que leurs semblables dans la gestion du pays.

Après le quatrième titre de l'Olympique lyonnais, l'été dernier, les téléspectateurs ont pu voir les joueurs précipiter les dirigeants du club, président en tête, dans la piscine d'eau chaude des vestiaires et barboter avec eux au milieu des rires et des cris de joie. Imagine-t-on pareille scène au PSG ? Evidement non. D'autant que, comme chacun le sait, un technocrate ne se mouille jamais.

Quant aux voyous qui se disent supporters du PSG et dont le seul soutien consiste à tout casser partout où ils passent, il y longtemps que les dirigeants du club auraient dû demander au ministre de l'intérieur de dissoudre leurs groupes et de leur interdire l'entrée des stades. Là encore, les énarques du PSG ont brillé par leur incompétence et leur pusillanimité, comme leurs semblables du gouvernement face à la chienlit des banlieues.

Que le PSG s'enfonce n'a guère d'importance pour notre pays. Mais que la France soit plongée dans la crise et le malheur, alors qu'elle dispose de tous les atouts pour réussir, est inacceptable. C'est pour cela que la Révolution bleue dit non aux politiciens incapables et veut les chasser. Ceux qui aiment le football peuvent se joindre à nous. Ils savent évidemment, à travers le pitoyable exemple du PSG, à quel point nous avons raison !

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens