Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 09:23

 

L'une, symbole de la décadence morale avec la légalisation de l'IVG, vient d'obtenir sa place à la prestigieuse Académie française.

 

L'autre, symbole de la décadence économique avec les 35 heures, est en passe de diriger le second parti du pays.

 

Pauvre France !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

commentaires

Antico 28/03/2009 02:52

Comme tu dis Ingals nos valeurs chutent.

En effet on est sur la pente, à force de renier Dieu on le paye un jour.
Ce jour approche malheureusement pour vous mais aussi pour nous, car je vois inévitablement un conflit se lever.

La France (mais aussi d'une façon générale l'Europe) est en effet en train d'amorcer la dernière phase de sa transformation.
Mais je ne pense pas que cette transformation est bonne, et il est utile d'exprimer ses opinions, non dans un but de stopper ce processus, mais dans le but de former une frontière; Une frontière entre les valeurs, nos valeurs, c'est à dire celle de plusieurs siècles d'histoire judéo-latino-chrétienne et les "nouvelles" valeurs, celle de l'athéisme, d'une société de religions bricolées, une société du nihilisme généralisé, une société sans Dieu...

Et une fois cette ligne tracée les choses seront claires, je dirais même violemment brillante par leur clarté.

Moi j'ai choisi mon camp, je sais où sont mes valeurs, et je suis assez modeste pour ne pas me considérer meilleur que mes ancêtres, si tu vois ce que je veux dire mon cher Ingalls.

007/** 01/12/2008 19:43

Ce genre de considérations (droit de vie et de mort) touche au fondement même de nos sociétés. On peut le regretter, mais il relève dans certains cas extrêmes de décisions humaines. Aussi ces dernières doivent elles être prises et réévaluées collectivement, par voie référendaire. Il en va de même pour les questions de souveraineté nationale dont on voit comment elles sont "traitées" en haut lieu. Vous avez dit démocratie ?

de san nicolas jean bernard 29/11/2008 19:20

Bonjour Gil et bonjour aussi à tous les lecteurs assidus de ce blog,

Je te donne raison bien-sûr dans la totalité de ta réponse à Ingels car à mes yeux aussi la vie d'un être innocent comme l'est un foetus sans défense ne doit souffir d'aucun irrespect quelqu'en pourrait être le motif.

Mais là où je crois que tu te trompe, c'est sur le sexe de Ingels, à mon humble avis, je ressens une sensibilité féminine dans ses propos, ce qui justifirait d'ailleurs son attachement à l'IVG.

Alors, me trompe-je ? La suite de ses écrits la trahira peut-être ?...

Gil Albert Li 29/11/2008 07:59

Ingals deviendrait-il civilisé !
Encore que...
Certes, il ne m'insulte plus à la fin de ses commentaires, mais il pense que la vie est une valeur désuette et que la violence est du côté de ceux qui la défendent !
C'est sûr que c'est beaucoup moins violent de vouloir se débarrasser d'un "truc" dont ne ne veut pas, un "truc" dont le coeur bat, un "truc" qui suce son pouce, qui rêve, et qui se débat à l'arrivée de la sonde d'aspiration dans le sein de sa mère, que de vouloir le protéger. Pour ça, il faut vraiment être un horrible catholique intégriste masculin ! Oui c'est vrai que la plupart des pro-vie sont catholiques mais pas tous. Hippocrate, donc bien avant J.C, défendait la vie de l'enfant à naître. Et rendez-vous à la marche pour la vie en janvier : vous y verrez de très nombreuses femmes.
Mais je ne vois d'ailleurs pas en quoi les avis des hommes seraient moins légitimes. Avec de tels arguments, jamais la justice ne pourrait être rendue. Un petit exemple : "Monsieur le juge, oui j'ai tué ma femme mais elle me trompait. Si vous n'avez jamais été trompé, vous ne pouvez pas comprendre."
Sinon, l'argument de la peur du changement n'est pas des plus pertinents. On pourrait le mettre à toutes les sauces. Encore un petit exemple : "La démocratie, c'est vieux comme la Grèce antique, alors vive le fascisme ! C'est ça le progrès !"

Un dernier mot pour parler de l'hymne... Il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas prendre le refrain au second degré. Ce que nous voulons casser, ce ne sont évidemment que les idées qui vont à l'encontre de nos valeurs.

Ingals 28/11/2008 09:00

Je veux que ça pète, je veux que ça claque
Je veux que ça saute, je veux que ça casse

C'est votre hymne ça? décidément dans le genre je "ne me contredis pas trop", ça me fait penser à un hymne remplis d'insulte envers les autres opinions et surtout assez violent, non?

Et puis vous êtes loin d'un Rouget de Lisle ou d'un Eugène Pottier!

Articles Récents

Liens