Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 16:11

La campagne présidentielle est encore pire que ce qu’on pouvait imaginer. Pas un seul mot des très graves problèmes de la France. Seulement de la poudre aux yeux. Ségolène Royal est désormais campée en Bécassine et le mérite bien. Nicolas Sarkozy jouit des applaudissements d’une cohorte de dupes et soigne ainsi ses complexes. François Bayrou continue de se réclamer du changement sans jamais préciser lequel. Philippe de Villiers ne décolle pas et ne parvient pas à comprendre pourquoi, alors que la raison en est simple : il passe son temps à s’efforcer de ressembler à ses caricatures. Quant à Jean-Marie Le Pen, il ne parvient toujours pas, depuis cinquante ans qu’il fait de la politique, à avoir le commencement du début d’un programme crédible, ce dont d’ailleurs il se moque éperdument, sachant qu’on vote Le Pen parce qu’on est contre, un point c’est tout. Il ne manque plus que Chirac dans le tableau. Gageons qu’il se prépare à entrer en scène pour peu qu’un espace lui soit ouvert. Ce pourrait être l’effondrement de Royal ou de Sarkozy, ou encore l’impossibilité pour Le Pen d’avoir ses parrainages.

Et la France dans tout cela ? « Je suis malade », chantait naguère Serge Lama. Tiens, pourquoi ne se présenterait-il pas, celui-là ? Le titre de sa chanson serait au moins un début de programme, le diagnostic précédant le plan de traitement. Malade, la France ? Ô combien ! Pas plus malade pourtant que bien des pays qui s’en sont sortis. Oui, mais voilà : chez nous, on en est encore à vouloir croire que l’encens des mots creux peut parvenir à chasser les miasmes mortels. Illusion évidemment, mais illusion intéressée. Ceux qui font brûler le parfum ne souffrent pas, bien au contraire. Le système les a enrichis et ils veulent continuer à en jouir. C’est pour cela qu’ils parlent de rupture sans en proposer la moindre. Ils savent fort bien que le jour où l’on rendra son argent au peuple, son premier geste sera de chasser ceux qui l’ont spolié pendant des décennies. Il n’y a pas d’autre explication au refus désespéré du pouvoir de laisser les Français bénéficier de l’abrogation du monopole de la sécurité sociale, qui est pourtant inscrite dans les lois de la République. Cela donnerait immédiatement aux travailleurs une augmentation d’au moins vingt pour cent de leur revenu, et cela changerait tout pour eux, qui, presque tous, ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Mais tels sont la cupidité et l’égoïsme de la caste au pouvoir qu’elle ne peut voir dans le bien du peuple qu’une intolérable atteinte à ses privilèges.

La France doit réduire ses dépenses publiques drastiquement, car elle va tout droit à la faillite. Pour cela, il faut diminuer de moitié le nombre des fonctionnaires, cesser de subventionner l’inactivité et ramener les prélèvements obligatoires au niveau qui était le leur il y a trente-trois ans, c’est-à-dire au tiers du produit intérieur brut. Cela peut se faire en un quinquennat. Il suffit de le vouloir, de le proposer au peuple et de le lui faire accepter comme seul antidote à la ruine et à la guerre civile. Cela s’appelle un programme présidentiel. C’est celui de la Révolution bleue, qui n’a pas de candidat à l’Elysée et qui ne soutient aucun de ceux qui y prétendent. Mais qui se pose en candidate à la direction du pays, quand il sera devenu évident pour une majorité de Français qu’il n’y a pas d’autre solution.

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

commentaires

wilfrid 27/01/2007 22:09

en réponse au commentaire n°18
Pourquoi crier au feu depuis des mois et ne pas vouloir tenter de l'éteindre , cela n'est pas du civisme. trouver un canditat qui plait à 100% c'est un rêve impossible.
Dans mon coin j'irais faire mon devoir de français (je suis et le resterait)

narocitna 27/01/2007 17:07

A Agathe
Je ne trouve pas que le programme de Villiers soit vraiment proche de celui de la Révolution Bleue. Les seuls points communs avec elle sont qu'il est lucide sur la montée et les dangers de l'islam, et qu'il ne supporte plus les privilèges des fonctionnaires. Mais à part ça, il est interventionniste et protectionniste, il parle avec mépris du "libéralisme anglo-saxon", et je ne suis pas du tout sûre qu'il soit pour la Liberté de la Protection Sociale.

PBA 27/01/2007 09:37

"Je suis curieuse de connaître les points de son programme qui vous gênent."

En fait, un seul point gêne. Claude Reichman n'est pas président de ce mouvement.

Agathe 26/01/2007 22:51

Qu'entendez-vous par "Philippe de Villiers ne décolle pas et ne parvient pas à comprendre pourquoi, alors que la raison en est simple : il passe son temps à s’efforcer de ressembler à ses caricatures."
Il me semble que son programme correspond fortement à celui de la Révolution Bleue. Que lui reprochez-vous? S'il y a caricature, il me semble qu'elle vient des médias qui tentent de le diaboliser car il dérange, contrairement à JMLP (instrumentalisé par les bien-pensants pour se faire des sensations fortes...).
Je suis curieuse de connaître les points de son programme qui vous gênent. Jusqu'à présent, vos deux discours me semblent concorder.

dagmar 26/01/2007 12:37

A Jean Christophe
vous êtes bien triste, mais hélas je crains que réaliste. Moi aussi je me dis qu'il y ce qu'on souhait et ce qu'il est.

A TOUTE REVOLUTION BLUE:
Le mouvement dit PACIFIQUE veux dire tout simplement qu'au moment ou on est au pied du mur on esquive la décision qui fache au nom de...PACIFISME. La liberté se mérite,elle se défend, elle se défend tout les jours et dans chaque décission de la journée elle. C'est cela d'être debout.D'etre libre ce n'est pas facil, cest un combat. La liberté n'est pas donné gratuitement.
Vaclav HAVEL, le présidet de mon pays était en prison, parce qu'il n'a jamais esquivé.

Articles Récents

Liens