Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 19:32

 

Les quatre principaux candidats à l’élection présidentielle sont partisans de la rupture. Aucun ne se réclame de la continuité. Aucun n’ose afficher un bilan. Et pourtant ! Des quatre, seul Jean-Marie Le Pen a au moins la cohérence pour lui. La rupture, il la prône depuis la création du Front national, il y a trente-cinq ans. Quant au bilan, il n’en a pas, puisqu’il n’a jamais été au pouvoir. Mais les autres !

M. Sarkozy est l’héritier du RPR dont le fleuron glorieux, Jacques Chirac, a vigoureusement massacré les chances de la France tout au long de ses quarante années de vie politique. Mme Royal est l’héritière du parti socialiste, dont le fleuron glorieux, François Mitterrand, a plongé la France dans le chaos des déficits, de la dette, de l’effondrement économique, de l’immigration sans contrôle et de la perversion morale depuis que ce parti a été créé il y a trente-six ans et que son premier secrétaire est devenu président de la République il y a vingt-six ans. Quant à M. Bayrou, il est l’héritier de l’Union pour la démocratie française, créée il y a trente-trois ans pour soutenir l’action de son fleuron glorieux, Valéry Giscard d’Estaing, qui pour préserver notre pays du socialisme a jugé prudent de l’y précipiter, tel Gribouille qui se jetait à l’eau pour ne pas se mouiller.

Ainsi donc, héritiers chacun, qu’ils le veuillent ou non, d’un bilan désastreux, M. Sarkozy, Mme Royal et M. Bayrou nous demandent de les croire capables d’une rupture que rien dans leur passé n’a le moins du monde laissé entrevoir. Si encore ils avaient un programme ! Mais non, rien. Des mots ronflants mais vides de sens, des promesses irréalisables sans véritable rupture avec le système économique, fiscal et social qui étrangle la France depuis plus d’un tiers de siècle, bref du vent. Et il paraît que la campagne présidentielle passionne les Français. Sommes-nous donc devenus ce peuple sans mémoire qu’apercevait déjà Tocqueville quand il affirmait qu’ « en démocratie, chaque génération est un peuple nouveau » ? Il semble bien que oui.

Oui, mais voilà. Il y a la mémoire consciente, et celle qui, recroquevillée au plus profond du cortex, abrite les souvenirs douloureux et grandioses, les espoirs les plus fous et les peurs ancestrales, les désirs inassouvis et les pulsions les plus violentes. Et c’est cette mémoire-là qui s’apprête à délivrer ses terribles exhalaisons, comme elle l’a toujours fait au cours des siècles quand la patrie était en danger.

Allons, nos candidats à l’élection présidentielle ne sont que les marionnettes d’un scénario qui les dépasse. Quand le grand souffle de l’histoire se lèvera sur notre pays, il faudra bien que du tréfonds du peuple se lève un homme ou une femme en qui la France se reconnaîtra et à qui elle confiera ses destinées. Pour un temps limité bien sûr, car la règle veut et voudra cette fois encore que le sauveur soit renvoyé sitôt sa mission remplie, afin que le peuple puisse à nouveau danser la gigue du bonheur retrouvé et de la joyeuse insouciance. Mais que voulez-vous, les peuples heureux n’ont pas d’histoire. C’est vrai partout, même dans un pays comme le nôtre qui lui en a une, glorieuse et tragique à la fois, et qui s’apprête à s’enrichir des nouveaux drames que l’inconscience de ses dirigeants lui aura si bien préparés.

Gloire donc au prochain élu de la nation. S’il savait ce qui l’attend, il s’enfuirait à toutes jambes. Mais il y a longtemps que notre classe politique, parce qu’elle s’est approprié le monopole de la représentation populaire et qu’elle s’est ainsi mise à l’abri de toute véritable sanction, ne sait même plus que les actes ont des conséquences. Il y a quelques décennies, une pièce de théâtre connaissait, au boulevard, un beau succès. Elle s’intitulait « La facture ». Il semble bien que, tous ensemble, nous nous préparions à l’interpréter. Et cette fois elle ne fera rire personne.

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue

Partager cet article

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

commentaires

Bacalou 13/04/2007 15:14

GRANDE INNOVATION EN 2007: LE BOURRAGE ELECTRONIQUE DES URNES !
Plus d'un millon d'élécteurs vont être forcés et contraints de voter éléctroniquement!
Cobayes: les Alpes Maritime et les Hauts-de-Seine, tiens tiens bizarre !!!!
Alors que les Etats Unis reviennent en arrière sur ces méthode favorables à toutes le manipulations, La France y vient Cocorrico!
On se souvient des re-comptages laborieux lors de la première éléctions controversée de Bush en 2002.
Ce recomptage ne sera même pas possible dans notre merveilleuse démocratie, il n'y aura pas de traces papier du pseudo-vote des gogo-citoyens dont on a bient sur demandé l'avis.
C'est machines infaillibles sont confiées à la science de sociétés privées; on attend le cris d'indignation habituels de étatistes de tous crins qui d'habitude s'insurge contre les spoliations du service public (voir pseudo privatisation d'EDF).
Si les éléctions ne font pas partie des fonctions régaliennes de l'Etat !!!

bacalou 13/04/2007 15:00

Cette séance de Guignol est gratuite et les promesses financées à crédit sur la tête de nos petits-enfants

Libéralisateur 08/04/2007 16:25

Merci pour cette appréciation.

Il faut décomplexer les électeurs qui craignent de voter Le Pen en leur disant que nous serons des millions à le faire déjà le 22 avril prochain. Il est d'évidence que porter un tel homme à la Présidence de la République, c'est le seul chemin à prendre pour pouvoir demain continuer à faire la "Révolution Bleue" . Faites-le savoir en exergue de notre/votre site. Et montrez par là que vous ne tombez pas sous le diktat du politiquement correct qui continue à diaboliser le vote Le Pen, ou à n'en pas parler !

revolutionbleue@free.fr 07/04/2007 19:55

Merci pour cet excellent commentaire claivoyant, Libéralisateur, en réponse au non moins claivoyant article de notre Porte-parole Claude Reichman dont les analyses prospectives politiques ont été jusqu'à ce jour vérifiées hélas.

Il est vrai qu'il sera difficile de faire autrement que de voter pour Jean Marie Le Pen étant donné les scénarios catastrophes que nous proposent Les Socialistes, la Fausse-droite UMPS et consorts...

Donc, pour sortir une fois pour toutes de ce cycle infernal de cooptation, votons Jean Marie Le Pen avec lequel la Révolution bleue pourra de toute évidence continuer à s'installer dans l'esprit de nos compatriotes car JMLP, c'est maintenant depuis plusieurs décades qu'il nous prouve la stabilité de sa ligne politique imprégnée aussi d'une atmosphère de révolution.

Vive la Révolution bleue !

Libéralisateur 04/04/2007 12:12

Pour tout cela Claude, Je vote Le Pen. C'est de la stratégie électorale. Il faut d'abord mettre tout à bas et reconstruire.

Mettre tout à bas, c'est d'abord montrer à tous les français que c'en est finit pour longtemps du système que nous supportons depuis trop longtemps. Que c'est le suffrage universel qui vient de leur claquer une nouvelle fois la porte au nez.
Non seulement ce sera un bon bol d'air pour la liberté, mais cela permettra aussi que les oligarchies des partis de gouvernement en finissent avec les investitures de godillots.
Beaucoup d'élus de bon sens pourront enfin s'affranchir de ces partis qu'ils ont été obligés d'épouser pour simplement exister.
C'est une nouvelle France qui sort d'un long cauchemar.
Qui arrête de croire que voter Le Pen c'est vendre son âme au diable. Parce que si la France n'avait que des Le Pen plutôt que la grande majorité de ses politiciens, il n'y aurait pas de pb en France et depuis longtemps.
Il est temps Claude et en fonction de tout ce que vous venez de dire que la Révolution Bleue appelle par stratégie poltique à un vote Le Pen. Et ceux qui seraient contre et pas encore assez clairvoyant pour s'apercevoir qu'ils sont manipulés, qu'ils se démettent. Ils verront sous peu que c'était le bon chemin !

Bon courage

Articles Récents

Liens