Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 14:36

C’est avec ça que vous voulez sauver la France ?

Plus de la moitié des Français (54 %) a du mal à vivre avec les revenus du foyer. C’est ce qui ressort d’une enquête que vient de publier l’Ifop. Ce résultat est d’autant plus éclairant que l’échantillon étudié est exceptionnellement important. En effet, plus de 27 000 personnes ont été interrogées, ce qui représente environ vingt fois la taille des échantillons habituels. Particulièrement destinée à étudier les caractéristiques des sympathisants du Front national, l’enquête de l’Ifop révèle qu’ils sont 68 % à « vivre difficilement », soit 14 points de plus que la moyenne nationale, et que les ouvriers votent à 25 % pour le parti de Jean-Marie Le Pen, alors qu’ils ne représentent que 14 % des Français. Il se confirme donc que l’électorat populaire s’est largement détourné des partis de gauche, ce qui explique la défaite de Jospin en 2002. Nous avions écrit à l’époque que beaucoup d’électeurs de gauche n’avaient pas voté pour lui parce qu’ils n’arrivaient pas à joindre les deux bouts et que des voyous incendiaient leurs voitures. Toutes les enquêtes d’opinion sont venues le confirmer. Celle de l’Ifop, comme celles qui recensent les violences urbaines et qui révèlent que celles-ci ont été multipliées par dix au cours des dix dernières années et par trente depuis 1993 !

Tous les ingrédients d’une explosion politique sont donc réunis. Et ce n’est pas la personnalité des prétendants à la présidence de la République qui est susceptible de rassurer le peuple. A gauche, les trois candidats sont soit de grands bourgeois, comme Fabius et Strauss-Kahn, disposant d’une fortune personnelle et n’ayant jamais connu le besoin, soit une représentante de la noblesse d’Etat, comme Ségolène Royal, qui a pu confier ses jeunes enfants à la crèche de l’Elysée, où elle était en poste sous M. Mitterrand, et qui n’a jamais gagné le moindre centime qui n’ait été prélevé par l’impôt à ses concitoyens. A droite, M. Sarkozy vit depuis trente ans de la politique, c’est-à-dire lui aussi de l’impôt, tout comme M. de Villepin, haut fonctionnaire aux mains exemptes de tout cal, et comme bien entendu M. Chirac, qui est un des hommes qui a coûté le plus cher à titre personnel aux Français en raison de l’exceptionnelle longévité de sa carrière politique, entièrement menée sous les ors de la République. Et c’est avec ça que vous voulez sauver la France ?

Soyez sérieux et réalistes un court instant, Madame et Messieurs les candidats. Qui peut vous croire suffisamment représentatifs des Français pour qu’ils vous fassent vraiment confiance ? Dans les circonstances difficiles, le peuple ne peut confier les destinées du pays qu’à un grand personnage ou à un homme issu de ses rangs et n’ayant jamais renié ses origines. Margaret Thatcher était fille d’épicier et fière de l’être. Ronald Reagan avait débuté dans de petits rôles à Hollywood et s’était illustré dans le syndicalisme. L’une et l’autre ont eu la confiance du peuple et ont redressé leur pays.

Il n’existe pas d’homme providentiel en France. Nous n’avons plus de général glorieux, ni de héraut populaire ayant brisé mille lances avec ses adversaires et baigné de ce fait d’une exceptionnelle aura. C’est donc des rangs du peuple que surgira celui ou celle à qui reviendra la redoutable mission de rendre au pays la prospérité et la paix civile.

Prospérité et paix civile : les deux objectifs sont liés. La prospérité française a été assassinée par trente années de folles dépenses publiques, d’impôts, de charges sociales, de déficits et de dettes. La paix civile est morte sous les assauts du chômage de masse, de l’immigration incontrôlée et de l’immoralité d’une classe politique à qui nul ne fait plus confiance.

La Révolution bleue a parfaitement analysé les causes du mal français. Elle sait quels remèdes lui appliquer pour guérir le pays. Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de Français la rejoignent, au point d’inquiéter les satrapes qui exercent tout le pouvoir depuis plus de trois décennies. Eh bien que ceux-ci se rassurent. Leur éviction est si proche qu’ils n’ont même plus à se préoccuper de l’avenir !

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue.

Repost 0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 13:48

C'est la 4ème fois que Valeurs Actuelles s'intéresse à la Révolution bleue. Ci-joint l'extrait du 3 novembre nous concernant :

MANIFESTATION    Deux libéraux en garde à vue

Finalement interdite, la commémoration du soulèvement de Budapest en 1956 organisée le 28 octobre place du Châtelet, à Paris, par le mouvement chrétien Europae gentes, a valu à deux dirigeants de l'association libérale la Révolution bleue, d'être placés en garde à vue dans des circonstances peu banales. Georges Clément, chef d'entreprise, et Jean-Christophe Mounicq, journaliste, qui devaient intervenir lors de ce rassemblement, ont été arrêtés alors qu'ils avaient déjà quitté les lieux et discutaient sur un trottoir. Motif de cette interpellation "ciblée" : "attroupement interdit" et "refus d'obtempérer". Conduits au commissariat du IVe arrondissement, ils seront libérés... sept heures plus tard. Le parquet, entre-temps, avait renoncé à ses griefs. « Combien d'incendiaires ont droit au même traitement ? », interroge Claude Reichman, porte-parole de la Révolution bleue. Lequel n'exclut pas de saisir à son tour la justice.

P.S : Retrouvez ici le précédent article de Valeurs Actuelles consacré à la Révolution bleue.

Repost 0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 10:44

En tant que combattant pour la liberté dans le domaine de la protection sociale, je me fais le relais d'une pétition dont me fait part Mme Béatrice Ribbi.

Je vous invite à en prendre connaissance ici.

Merci.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 09:29

Claude Reichman, en présence entre autre de Jean-Christophe Mounicq, animera son Libre Journal sur Radio Courtoisie en direct ce mardi 31 octobre de 18h00 à 21h00 (rediffusion mercredi 1 novembre de 2h00 à 5h00 et de 7h30 à 10h30).

Pour télécharger toutes les émissions de Claude Reichman depuis le lancement de la Révolution bleue, un nouveau lien existe :

http://revolutionbleue.ifrance.com

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 10:32

Communiqué du 30 octobre 2006

Le samedi 28 octobre 2006 devait se tenir à 15 heures, place du Châtelet à Paris, une manifestation pour commémorer le soulèvement hongrois de 1956 contre le régime communiste.

La Révolution bleue n’était pas organisatrice de cette manifestation et n’avait pas appelé en tant que telle à y participer. Toutefois trois de ses principaux orateurs, Gérard Pince, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq avaient décidé d’y participer à titre personnel.

La manifestation a été interdite le matin même du jour où elle devait se tenir, au motif que la police craignait une contre-manifestation d’extrême gauche et que les troubles en banlieue ne lui permettaient pas de disposer des effectifs suffisants pour assurer la sécurité.

Pourtant, les effectifs de police présents pour faire respecter l’interdiction de la manifestation étaient fort nombreux et auraient largement suffi à la protéger.

Dès leur sortie du métro, vers 14 h 30, place du Châtelet, Gérard Pince, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq ont été abordés, chacun de leur côté, au milieu de la foule par des officiers de police en civil qui, les ayant aussitôt reconnus, les ont informés de l’interdiction de la manifestation et leur ont ordonné de quitter les lieux.

Bien entendu Gérard Pince, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq ont obtempéré. Devant se retrouver avec quelques autres personnes dans une réunion à l’issue de la manifestation, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq se sont placés devant la terrasse d’un café, tentant d’apercevoir leurs amis afin de convenir d’avancer l’heure de leur réunion.

C’est alors qu’un groupe de CRS aux ordres d’un officier de police a traversé la place, s’est dirigé vers eux, les a interpellés au milieu des nombreux passants et leur a indiqué qu’ils étaient placés en garde à vue. Conduits au commissariat du 4e arrondissement, fouillés, photographiés, soumis à prise d’empreintes et enfermés en cellule, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq n’ont été libérés qu’à 21 h 30, le parquet ayant renoncé à la qualification d’attroupement ainsi qu’au refus d’obtempérer.

Tels sont les faits. Ils sont graves.

Tout d’abord, il s’agit d’arrestations arbitraires et de séquestrations illégales.

Par ailleurs, comment se fait-il que Gérard Pince, Georges Clément et Jean-Christophe Mounicq aient été « ciblés » avec autant de précision par la police ? Leurs visages sont évidemment connus pour figurer sur les photographies des manifestations de la Révolution bleue, mais pourquoi les policiers se sont-ils dirigés sélectivement vers eux et sans la moindre hésitation ? Ils étaient à l’évidence attendus. Pourtant ils n’avaient pas fait connaître publiquement leur intention de participer à cette manifestation. Leurs conversations téléphoniques ont-elles été écoutées par la police, et si oui, avec l’autorisation de quelle autorité judiciaire ?

Et enfin pourquoi ces interpellations totalement injustifiées et abusives ?

La réponse est claire. Il ne s’agit en aucun cas d’une initiative policière. Les ordres ne pouvaient venir que du ministère de l’intérieur et très probablement du ministre lui-même.
Le ministre de l’intérieur s’inquiète du retentissement croissant dans l’opinion de l’action de
la Révolution bleue et il a cherché à l’intimider.

La Révolution bleue se laissera d’autant moins intimider que ses manifestations se sont toujours déroulées dans l’ordre et le calme, avec le souci de ne pas gêner la population, ce que les autorités de police reconnaissent et apprécient. De plus, la Révolution bleue ne se livre jamais à la moindre violence et elle condamne son usage dans les rapports sociaux.

En réalité, le ministre de l’intérieur n’a agi en cette occasion qu’en sa qualité de candidat à l’élection présidentielle, affolé à l’idée que la Révolution bleue ne réunisse de plus en plus de participants que ne trompent pas la vaine agitation de ce ministre et son incapacité à rétablir l’ordre dans les banlieues.

D’ailleurs les faits parlent d’eux-mêmes : le 28 octobre 2006, le ministre de l’intérieur a fait arrêter, pour leurs idées, deux honnêtes citoyens. Combien d’incendiaires et d’auteurs d’agressions criminelles l’ont-ils été ?

 

 

Voir le site de l'association organisatrice : http://www.europaegentes.com

Repost 0
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 17:51

 

Venez participer au t'chat de la Révolution bleue !

Je vous donne un premier rendez-vous lundi 30 octobre à partir de 20h00.

Cliquez ici.

 

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 17:37

Chers compatriotes (si vous êtes français), chers hôtes de la France (si vous êtes étrangers),

Des évènements très graves se déroulent en France. Des jeunes gens, dont beaucoup seraient musulmans, cagoulés, munis de barres de fer, de battes de base-ball et parfois d’armes de poing ont entrepris de s’attaquer aux forces de l’ordre, après leur avoir tendu un guet-apens. D’autres s’emparent d’autobus publics et les incendient. Dans les deux cas, selon des sources concordantes, il y a intention de tuer ou au moins prise consciente d’un tel risque. C’est ainsi que des policiers ont été grièvement blessés et qu’une jeune femme, passagère d’un autobus incendié à Marseille, a été brûlée à 60 %.

Ces attaques concertées et organisées font sans doute partie d’un plan d’ensemble mûri verbalement dans les cités de non-droit et animé par la compétition entre bandes.

Personne de sensé ne peut ignorer que si ces agressions se poursuivent, il va inévitablement y avoir des morts, soit du fait des agresseurs, soit du fait de policiers en état de légitime défense. Dès lors un embrasement général de la France est à craindre. Nul ne peut souhaiter une telle issue.

Il y a sans aucun doute en France la même proportion de modérés chez les musulmans que chez les autres Français. Autrement dit, ils sont une écrasante majorité. Comment se fait-il qu’à l’occasion de tels évènements on ne les entende pas s’exprimer ? Ils ne peuvent approuver le comportement agressif et violent de leurs jeunes coreligionnaires. De même, ils comprennent parfaitement qu’ils ont tout à perdre à une réaction de colère des Français non musulmans qui les rendraient indistinctement coupables des agressions, voire des actes criminels perpétrés par une minorité d’entre eux.

La sagesse, la raison et l’intérêt national veulent que les musulmans modérés se fassent désormais entendre. Les Français non musulmans doivent savoir si les Français musulmans entendent respecter la société française telle que des siècles de christianisme et de démocratie l’ont façonnée, ou s’ils ont l’intention, d’une manière ou d’une autre, de s’y tailler un fief à la dimension du nombre qu’ils sont et où les prescriptions de l’islam auraient force de loi. Les musulmans modérés doivent aussi savoir que les Français non musulmans n’ont aucune intention de le devenir ni de passer sous leur coupe.

Le problème étant ainsi clairement posé, il ne reste plus aux musulmans modérés qu’à prendre leurs responsabilités. De son côté, la Révolution bleue a pris les siennes. Elle a parfaitement identifié les responsables de la dramatique situation actuelle. Ce ne sont évidemment pas les immigrés. Ils ont voulu venir en France, les pouvoirs publics les ont acceptés. Il appartenait dès lors à ces derniers de prendre les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes qu’une immigration massive allait forcément poser. Ils n’en ont pris aucune. Et notamment ils n’ont en rien allégé les impôts et les charges sociales afin de permettre aux entreprises de créer les emplois qui sont le principal facteur d’intégration dans un pays. Ils n’ont pas non plus restreint l’arrivée de nouveaux immigrants afin de donner à la France le répit nécessaire pour intégrer ceux qui se trouvaient déjà sur son sol.

Une telle attitude porte un nom : irresponsabilité. Et c’est la raison pour laquelle la Révolution bleue veut renvoyer les politiciens actuels.

Chers compatriotes musulmans, chers hôtes de la France, tous ensemble nous pouvons encore éviter la catastrophe. Mais il n’y a plus une minute à perdre. La Révolution bleue a pris ses responsabilités et les a fait connaître partout. A vous de faire de même. Si vous êtes d’accord avec nous sur les causes et les solutions du drame actuel, votre place est dans la Révolution bleue. Avec nous, vous chanterez la Marseillaise et vous crierez : Vive la France !

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue

Repost 0
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 16:38

Non, Monsieur Chirac, les racines de l'Europe ne sont pas "autant musulmanes que chrétiennes", comme vous avez osé le prétendre.

La Révolution bleue vous répondra solennellement le jeudi 16 novembre 2006 de 18h00 à 19h00 à l'occasion de sa 9e manifestation nationale, au cours de laquelle elle proclamera son :

- Affirmation des valeurs occidentales

- Soutien aux forces de l'ordre dans leur difficile combat contre l'insécurité

Le lieu de la manifestation à Paris sera indiqué prochainement.

 

En province, les révolutionnaires bleus se réuniront devant la mairie de leur commune.

Françaises, Français, venez nombreux manifester votre volonté de vivre en paix, et selon vos convictions, dans un pays qui est le vôtre et qui doit le rester.

Repost 0
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 12:56

par Marc Grunert

La liberté d’expression est une des pierres angulaires du libéralisme. Elle est, du moins dans son principe, une des valeurs les plus profondes de la culture politique occidentale. Menacer de mort une personne qui en a usé constitue une menace pour le principe lui-même et donc pour la civilisation qui se fonde sur lui. C’est ce qui vient de se produire avec Robert Redeker, un professeur de philosophie menacé de mort par les islamistes pour avoir écrit un article corrosif sur l’islam.

Mais avant cette menace extérieure, la liberté d’expression faisait déjà l’objet d’une lente destruction venant de l’intérieur. De la démocratie elle-même. Ou plutôt d’une conception totalitaire de la démocratie, malheureusement la plus courante. Selon cette conception, la démocratie est la valeur absolue. Tout ce qui émane d’un processus démocratique est par définition le Bien à l’instant même où il en émane. Cela conduit bien sûr au relativisme destructeur. Ce qui était juste, bien et vrai peut devenir injuste, mal et faux après le processus de la magie démocratique. Ce qu’on avait le droit de dire un jour peut devenir interdit d’expression le lendemain. Le Parlement, par exemple, vient d'adopter un projet de loi sanctionnant la négation du génocide arménien. N’y a-t-il pas aussi des écologistes qui veulent rendre illégale la négation du «réchauffement planétaire» ?

Le totalitarisme a besoin d’une vérité officielle car il doit par nature tout contrôler pour atteindre ses objectifs et maintenir son pouvoir. Et la démocratie ne se distingue pas du totalitarisme lorsqu’elle interdit la négation de ce que la majorité croit. Ce qu’a écrit Orwell dans 1984 est toujours d’actualité, même dans nos régimes dits démocratiques. Car la démocratie ne se distingue pas du fascisme élitiste lorsqu’elle interdit de nier ce que d’autres jugent immoral de nier. Le pluralisme des idées, la possibilité de mesurer la validité d’une idée à l’aune d’une autre, la concurrence des idées, tout cela préserve à la fois la liberté et les chances d’éliminer les idées fausses. De quelle divine infaillibilité peuvent se prévaloir les hommes de l’État ou la majorité pour définir ce qui est vrai et indiscutable ?

Intégralité de l'article sur le Quebécois Libre

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 11:28

Geneviève :

Il ne faut pas attendre de la part des "français" un sursaut salvateur. Nous, les vieux, avons des souvenirs qui nous rassérènent et continuons d'honorer nos morts mais vous les jeunes, ne gaspillez pas vos forces dans ces combats déjà, irrémédiablement, perdus . Il faut quitter ce navire à la coque pourrie mais les navires en vue sont dans le même état... alors ? .... à la grâce de Dieu.

 

Réponse de Philippe, "révolutionnaire bleu" : 

Nous nous sommes vus début juillet en mémoire du 5 juillet 1962 à Paris, pour pouvoir nous souvenir de nos morts d'Oran, ces français massacrés par le FLN.
 
Avant de vous répondre, j'ai voulu réfléchir et lire. Relire certaines pages du "Camp des Saints" de Jean Raspail, la "Rage et l'Orgueil" de la journaliste italienne Oriana Fallaci morte récemment, lire "Toute une vie" du commandant Hélie de Saint Marc et "Fier d'être français" de Max Gallo.
 
J'ai pensé à vous Geneviève, à Anne-marie, à Claude, à Albert, à mon ami Olivier, à Gil Albert Li mon ami du blog de la révolution bleue, à Fabrice Robert des Identitaires que j'ai rencontré récemment, cet homme jeune de mon âge que les médias veulent faire passer pour un extrémiste et qui en une autre époque de l'histoire de France aurait pu être un héros de poème épique.
 
Je pense à tous ces héros, tel Jean-Marie Le Pen, qui ont choisi la voie difficile de la vérité et du combat et qui n'ont pas cédé à la petite voix qui leur dit "renonce, laisse tomber, oublie, tu as tout à y perdre". Il est tellement plus façile de hurler avec les loups ...
 
J'ai repensé à des hommes comme le colonel Jean Bastien-Thiry, Albert Dovecar, Claude Piegts, Roger Degueldre, fusillés en 1962 et 1963, morts d'avoir aimé passionnément une certaine idée de la France. J'ai pensé à ces enfants en bas âge qu'a laissé Jean Bastien-Thiry, mort d'avoir voulu "mettre en pratique la grande et éternelle loi de solidarité entre les hommes" [décl. 2 février 1963].
 
De nombreuses idées me taraudent l'esprit, les mêmes probablement que pour de nombreux français et européens.
 
Je suis papa d'un petit garçon que j'adore et j'attend une petite fille pour la fin de l'année. Je gagne bien ma vie. Et pourtant.
 
Et pourtant qu'il est difficile de vivre dans la France courbe, dans cette France de tous les renoncements et de toutes les trahisons, dans cette France qui vous fait avaler votre salive et vous fait enrager. Celle du business à tout prix, même celui de vendre un peuple et sa terre. Dans cette France qui tous les jours tombe plus bas. Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien...
 
Quel pays allons nous offrir à nos enfants et petits-enfants ? Doit on accepter l'islamisation accélérée de notre pays, la déferlante migratoire, l'appauvrissement, la désindustrialisation, la perte d'influence de la France dans le monde, la destruction de l'environnement, l'abrutissement du peuple par des médias dignes de la Pravda. Doit on continuer à supporter la doxa marxisante, le politiquement correct, la discrimation positive, le Syndicat de la Magistrature, des millions de chomeurs, les lobbies MRAP, LDH, SOS-Racisme & Co, la Halde, le CFCM, les mosquées en-veux-tu-en-voilà, les 700 cités balkanisés et la guerre urbaine, les fatwas des islamistes sur l'europe, les francs-maçons, la haîne anti-catholique, l'extrême gauche, les bobos, Ségo et Sarko, le paquebot France achevé par des ferrailleurs de Malaisie alors qu'il voulait être coulé le cul tourné vers Saint-Nazaire... ?
 
Peut on vivre dans un pays que l'on a chéri mais que l'on finit par ne plus aimer ? Pour ne plus souffrir, il faudrait partir et oublier la France...
 
Partir et quitter le navire, mais pour aller où ? L'Italie de Romano Prodi ou l'Espagne de Zapatero ? l'Angleterre des bobbies foulardées ou l'Ontario des tribunaux islamiques ? Nous réfugier sur les îles Pitcairn et les déclarer "Camp des Saints" ?
 
Je crois qu'il faut désormais résister. Chacun, avec de petites actions. Comme le dit le commandant Hélie de Saint Marc passé 2 ans à Buchenwald, c'est en résistant que l'on devient résistant.
 
Nous devons nous réunir physiquement et virtuellement (conférences skype), échanger des mails, faire circuler des listes de mails amis toujours plus grandes, manifester, faire des pétitions. Tisser des réseaux. Chuchoter. Essayer de convaincre des amis. Tester les opinions des personnes qui nous entourent. Nous devons nous unir, nous mobiliser, nous sommes des millions !!!
 
Chacun doit contribuer selon ses moyens et ses capacités, en argent, en temps, en idées ...
 
Il est clair de mon point de vue qu'il faut nous préparer à abattre le système ..
 
Les élites qui nous gouvernent ne renonceront pas facilement à la part du gateau qui leur revient de droit divin. Le champagne continue à couler sur le pont pendant que les cabines de 3ème catégorie prenne l'eau.
 
Je pense que la France et le monde en général vont rentrer dans une période de grande instabilité, et qu'à l'occasion de cette grande instabilité, tout peut se produire, le meilleur comme le pire... Il est donc de notre devoir de nous préparer pour ces évènements : "dans la vie, espère le meilleur, et prépare-toi au pire".
Repost 0

Articles Récents

Liens