Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 19:19

J’ai souvent pu dire qu’on a la droite la plus bête du monde, incapable de mener les profondes réformes dont notre pays a le plus grand besoin, en dépit parfois quand même d’une certaine lucidité dans les paroles mais dont nous regrettons qu’elles ne soient suivies d’actes concrets.

Mais alors que dire de la gauche qui ne cesse d’occulter dangereusement les réalités et de tourner le dos au bon sens le plus élémentaire ?

Nous en avons encore une fois une illustation notoire avec les réactions concernant les déclarations ce week-end de Nicolas Sarkozy et de Philippe de Villiers.

 

 

Nicolas Sarkozy, reprenant d’ailleurs un slogan de Philippe de Villiers qu’il avait lui-même copié sur un autre de Jean-Marie Le Pen, a déclaré : « si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter ». C’est évidemment une phrase de bon sens dont la polémique est grotesque et scandaleuse ! Aussi scandaleuse que peut être l’hospitalisation de Bouteflika à nos frais dans notre pays sur lequel il ne cesse de cracher !

Et quand Philippe de Villiers déclare « Je crois que l'islam n'est pas compatible avec la République », il a parfaitement raison, l’islam étant par définition, non seulement une foi religieuse mais également et surtout un mode d'organisation de l'ensemble de la société à part entière. Je vous invite d’ailleurs à télécharger ici l’excellent argumentaire de France-Echos concernant l’islam et à participer à l'opération SDI.

Mais tous les ténors de la gauche s'offusquent de telles déclarations...

 

 

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 15:43

Derniers communiqués de Claude Reichman


Plein succès pour la 4e manifestation nationale de la Révolution bleue.
Place Colette, à Paris, une foule dense, fervente et décidée a clamé son exigence de changement et ovationné les orateurs


La 5e manifestation  nationale de la Révolution bleue aura lieu le
samedi 20 mai 2006 de 16 h à 17 h

Comme il est interdit de penser et de parler librement en France, comme les laborieux sont accablés d'impôts et de charges au profit des paresseux, et que les politiciens incapables ne savent organiser que la chienlit et sont les tyrans du peuple, nous ferons du 20 mai 2006 la

Journée nationale pour l'abolition de l'esclavage en France
A bas l'esclavage !


Vive la Révolution bleue ! Vive la France !

Repost 0
22 avril 2006 6 22 /04 /avril /2006 20:23

Place Colette à Paris

Tout s'est très bien passé. Nous étions sensiblement le même genre de personnes que la dernière fois, mais pas nécessairement les mêmes têtes. Claude Reichman a donné la parole à Louis Chagnon qui était surpris car il ne s'y attendait pas.

Clay Rambar

 


 

A Ozoir-la-Ferrière

Nous étions 10 personnes, dont un couple ayant entendu l'annonce de Claude Reichman sur Radio Courtoisie, et un autre couple averti par le couple précité. 4 membres de la police (municipale et nationale) étaient présents. Nous avons parlé entre nous. Une journaliste du Parisien est passée vers 16h30, a interrogé l'un d'entre nous, a pris des photos.

Thierry Jallas

thierry.jallas@free.fr

06 26 76 87 77 ou 01 64 40 36 60

(3 personnes étaient déjà parties avant la photo. L’article n’est finalement pas paru dans le journal par manque de place et de mobilisation. Ce sera peut-être pour une prochaine fois ! Ne baissons pas les bras. Un grand merci à Thierry Jallas.)

 


 

  A Lille

Nous nous sommes retrouvés à deux devant l'entrée de la mairie de Lille à 16h00, ne nous connaissant ni l'un ni l'autre.  Cette rencontre a été l'occasion d'échanger des idées et nous sommes restés jusqu'à 18h00 sans voir le temps passer.

Loin de nous sentir isolés par notre petit nombre, nous avons gardé à l'esprit qu'ailleur en France, d'autres personnes, peut être seules, peut être en groupe, ont-elles aussi manifestées. 
 
Notre conclusion a été que de tels rassemblements sont nécéssaires pour nous permettre de nous rencontrer entre personnes ayant des idées communes, mêmes si nous ne soutenons pas nécéssairement les mêmes candidats.

 

    A Castres

Je suis heureux de vous faire part du résultat de ce jour à la manifestation de la Révolution Bleue à Castres 81.

En fait, 100% des personnes présentes étaient représentées par moi-même à la Révolution Bleue et, à part les convives d'une cérémonie de mariage, personne d'autre ne semblait avoir été informé à Castres de notre Mouvement...

J'ai quand-même eu le plaisir de distribuer quelques photocopies d'articles de Claude Reichman traitant de la Révolution Bleue à des personnes avec lesquelles j'ai réussi à communiquer. Aucune ne connaissait la RB ! Voilà maintenant chose faite et au moins ces personnes auront été tirées de leur ignorance aujourd'hui à ce sujet.

Je n'ai pas donc le plaisir de vous adresser de photo de cette manifestation en "solo" et le regrette beaucoup mais ce n'est que partie remise et je reste confiant pour l'avenir .

JB de San Nicolas (revbleuecastres81@free.fr
)


 A Toulouse

3 ou 4 révolutionnaires bleus étaient présents place du Capitole.

 


 A Corbeil Essonnes

 

 

Compte rendu de la manifestation de samedi devant la mairie de Corbeil Essonnes :
Je me suis retrouvé seul... le nombre de manifestant concorde selon l'organisateur et la police municipale.
Pour la prochaine, je me déplacerai vers Paris !
D'ici là... Haut les coeurs et félicitations pour votre travail Fédérateur.

Michel R.
Repost 0
22 avril 2006 6 22 /04 /avril /2006 00:03

Jour J ce samedi 22 avril de 16h00 à 17h00 pour nos rassemblements place Colette à Paris (1er arr, face à la Comédie française, métro Palais Royal) et devant toutes les mairies de Province.

Jour J pour dire une fois de plus :

Non à la chienlit !
Non au trop plein d'impôts et de charges !

Non aux politiciens incapables !

La météo sera clémente sur la plupart de nos régions alors profitons de cette occasion pour nous retrouver et voir que nous sommes loin d'être seuls à rejetter la politique menée dans notre pays.

J'attends vos témoignages et vos photos à l'adresse habituelle : libertefrance@hotmail.fr.

Bonne manifestation à toutes et à tous.

Vive la Révolution bleue, vive la France !

Repost 0
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 17:23

Sauf élection anticipée, le premier tour de la présidentielle aura lieu le 22 avril 2007, soit tout juste dans 1 an.

Mais n'attendons pas une longue année pour montrer que nous ne voulons ni de la peste, ni du choléra. Non aux politiciens incapables qui gouvernent notre pays depuis trop longtemps !

C'est ainsi que toutes celles et tous ceux se reconnaissant dans les thèmes de la Révolution bleue sont invités à se réunir spontanément et pacifiquement devant leur mairie, arborant une écharpe bleue ou autre vêtement ou signe distinctif de couleur bleue.

Je vous invite également à me faire part de vos impressions et éventuellement de vos photos lors de ces rassemblements en me contactant à l'adresse habituelle : libertefrance@hotmail.fr. Je pourrai les publier sur ce blog qui est le lieu de rencontre privilégié pour tous ceux qui s'informent, qui soutiennent et qui s'expriment sur notre mouvement qui ne va cesser de croître.

Vive la Révolution bleue, vive la France et les Français en marche !

Repost 0
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 13:25

Avant nos rassemblements pacifistes prévus ce samedi 22 avril, je me dois de vous informer qu'il existe un risque non négligeable d'être parfois violemment pris à parti par des groupes d'extrême-gauche comme cela s'est déroulé pour la manif des portables le 15 avril à Lille et comme en témoignent des sites comme Indymedia. Notons néanmoins que les rassemblements à Paris, sous contrôle policier, se sont toujours bien déroulés et aucun incident en Province ne m'avait été rapporté concernant la manifestation du 11 mars dernier. N'hésitez pas à me faire part de vos impressions.

Soyons vigilants mais déterminés !

Vive la Révolution bleue, vive la France !

Repost 0
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 12:38

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je vous informe qu’une manifestation aura lieu à Ozoir-la-Ferrière samedi 22 avril 2006, de 16 heures à 17 heures, devant l’Hôtel de ville.

Cette manifestation intervient dans le cadre de la « Révolution bleue ». (voir les sites http://revolutionbleue.over-blog.com, http://www.conscience-politique.org ou http://www.claudereichman.com)

Elle a pour objet de protester contre les multiples atteintes aux libertés individuelles et à la propriété privée dont sont victimes les citoyens. Elle  sera purement statique, et n’a pas vocation à provoquer la moindre atteinte à la liberté (de circuler, notamment) des Ozoiriens ;  revêt un caractère non pas local, mais national, comme vous pouvez le constater sur les sites Internet précités (des manifestations similaires auront lieu à la même heure à Paris et de nombreuses autres villes de France) ;  vise TOUTES les atteintes aux libertés individuelles et à la propriété privée, quels qu’en soient les auteurs (le plus souvent, c’est l’État, alors que son rôle est justement de protéger et garantir les libertés !). A titre d’exemples, pêle-mêle : interdiction de choisir librement notre transporteur public, notre fournisseur de gaz ou d’électricité, notre assurance maladie, notre régime de retraite, l’entreprise traitant notre courrier postal, l’école de nos enfants, interdiction de négocier librement avec un employeur notre temps de travail, notre salaire, les conditions de résiliation du contrat de travail, meurtres de Benjamin Pirrotin, de Soanne et de plusieurs autres innocents, racket des contribuables sous forme de prélèvement obligatoires (44% du PIB, pour financer des dépenses d’État représentant 53,6% dudit PIB), blocage de facultés interdisant à nos enfants d’étudier, destruction, lors de la « crise des banlieue », de 10.300 véhicules, 200 bâtiments publics et 74 privés, 7 dépôts de bus et 22 bus ou rames de train.
Le niveau record du prix du pétrole, est l’occasion d’apprendre que c’est l’État, par l’intermédiaire des préfets, qui fixe autoritairement le prix des courses de taxi (1% de hausse par an, indépendamment du prix de l'essence), alors qu’il condamne d’autres fournisseurs au motif qu’ils se seraient concertés pour fixer leurs prix de vente !
Plusieurs autres catégories de professionnels (les professions médicales, notamment) se voient interdire de fixer leurs tarifs librement.
A propos de professions médicales, pourquoi l'État interdit-il leur libre accès (par l'intermédiaire du numerus clausus, ainsi que de son monopole des formations et diplômes), alors que les besoins en la matière sont criants, et qu'il laisse un libre accès à des filières sans aucun débouché ?

Personnellement, ce qui me révolte le plus, c’est que, chaque année, 220.000 enfants se voient privés, par la violence et de façon subventionnée, du droit de naître (alors que la destruction d’un nid d’hirondelles est passible de 9.000 euros d’amende et 6 mois de prison !)
 

J’espère vous retrouver samedi à Ozoir : n’oubliez pas de vous munir d’une écharpe bleue ou de tout autre signe vestimentaire distinctif de la « Révolution bleue ». Et merci d'avance à ceux qui feront circuler cette information autour d'eux.
 
Thierry Jallas
06 26 76 87 77 ou 01 64 40 36 60

Des rassemblements auront également lieu à Toulouse, à Lille, à Rouen... et dans de nombreuses autres villes devant les mairies (mairie principale dans les grandes villes).
Rappel : à Paris, ce sera place Colette (1er arrondissement), face à la Comédie française (Métro Palais Royal)
Repost 0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 19:54

Claude Reichman animera une émission sur Radio courtoisie ce mardi 18 avril de 18h00 à 21h00 (rediffusion le mercredi 19 avril de 2h00 à 5h00 et de 7h30 à 10h30). Il sera évidemment question, entre autres, de la Révolution bleue et de nos rassemblements à venir ce samedi 22 avril.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 14:21

En ne tirant aucune conséquence de l’échec du gouvernement et de la majorité parlementaire dans l’affaire du CPE, Jacques Chirac place le régime dans la position la plus périlleuse qui soit. La rue l’a emporté sur les institutions représentatives de la République. Sauf à redonner à celles-ci leur légitimité en les soumettant au suffrage du peuple, on se condamne à laisser la rue gouverner jusqu’à la prochaine consultation électorale ordinaire. Or celle-ci n’aura pas lieu avant un an, quand se termineront presque simultanément le mandat du président de la République et celui de l’Assemblée nationale. Un an, c’est long, surtout quand la situation économique et sociale est plus que grave et que l’émeute peut reprendre à tout moment dans les banlieues. Une fois de plus, Chirac est en train de démontrer son incompétence et son irresponsabilité.

Depuis son abracadabrantesque élection de 2002, Chirac n’a collectionné que les échecs électoraux. Il a perdu successivement les élections régionales, cantonales et européennes, ainsi que le référendum du 29 mai 2005 sur le projet de constitution européenne. Ce référendum, décidé par lui seul, comme il en a la prérogative, avait valeur d’engagement présidentiel. L’échec cinglant du oui aurait dû inciter Chirac à présenter aussitôt sa démission, comme le général de Gaulle en 1969 à l’issue du référendum perdu sur la régionalisation. Il ne l’a pas fait, perdant ainsi le dernier milligramme d’estime dont il bénéficiait dans l’opinion.

Comment pouvait-il espérer que le nouveau premier ministre désigné à la suite de ce désastre électoral aurait l’autorité nécessaire pour redresser la situation ? Dominique de Villepin partait perdant d’avance dans cette folle tentative, d’autant plus folle que sa nature exaltée et sa méconnaissance totale du peuple ne pouvaient que le pousser à des mesures et des comportements invraisemblables. L’affaire du CPE l’a démontré jusqu’à l’absurde, qui a vu le premier ministre s’embarquer sans consulter personne et sans le moindre biscuit et se casser le nez lamentablement sur une levée de boucliers aussi disparate que puissante, parce qu’elle rassemblait tout ce que la France compte de refus des réalités et de sentiments de colère face à l’impuissance des gouvernants à redonner vie à l’économie de notre pays.

S’il veut préserver autant que faire se peut la paix civile, Chirac n’a pas d’autre choix aujourd’hui que de démissionner ou de dissoudre l’Assemblée nationale. Cela ne redonnera pas vie au régime, tant celui-ci est miné par son échec économique et social cinglant et par son incapacité à maîtriser la vague migratoire qui a submergé notre pays, mais du moins cela permettra-t-il de faire face avec le minimum de légitimité aux actions violentes qui vont inévitablement se multiplier dans le contexte de crise générale et permanente qui est actuellement celui de la France. Le vrai redressement ne viendra que quand une nouvelle majorité, issue d’un grand mouvement populaire comme celui qu’a lancé la Révolution bleue, sera venu faire coïncider le peuple et sa représentation politique.

Si Chirac ne veut pas finir dans l’apocalypse d’une fuite à la Ceausescu, il ne lui reste pas d’autre issue que d’appeler la France aux urnes.

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 11:55

Pour célébrer ce jour, je vous propose un texte de Louis Evely du site Evangile et liberté :

Nous sommes terriblement rebelles à la joie, le fond de nos cœurs lui est fermé et même hostile. Nous estimons que tout le progrès que nous avons fait depuis plusieurs années, c'est de ne plus croire au bonheur, c'est de ne plus nous attendre à la joie.

Parce que nous sommes devenus si pessimistes, nous croyons être devenus raisonnables. Nous pouvons disserter indéfiniment sur tous les dangers qui nous guettent, sur le poids des impôts et sur l'aggravation probable de la crise, mais nous sourions dès que quelqu'un veut nous persuader du bonheur. Nous nous sommes fait une vertu de ne pas croire en Dieu, de ne pas espérer en lui et nous tenons, comme à la plus chère de nos acquisitions, à la plus sûre de nos expériences, à ne pas nous laisser entraîner à cette chose si douloureuse et qui nous a déjà fait tellement souffrir : espérer.

Oui, sans doute, il est impossible à l'homme d'être heureux. Il nous est terriblement difficile, avec nos soucis, avec les deuils que nous avons subis, avec les déceptions que nous avons rencontrées, de croire que nous pourrions encore nous renouveler, recommencer notre vie et trouver un nouveau bonheur. Et cependant, ce qui est impossible à l'homme est justement ce qui est si aisé à Dieu. C'est précisément à Dieu qu'il appartient de faire cette chose impossible : nous rendre heureux. Comment voulons-nous que Dieu se manifeste si nous ne laissons opérer en nous que les choses que nous pourrions faire nous-même. Faire des choses impossibles, c'est la part de Dieu, c'est son attribut imprescriptible, c'est sa signature. Notre grand péché, c'est de ne pas assez attendre de Dieu, de ne pas assez exiger de lui et, par le fait même, nous lui refusons le moyen de se montrer Dieu en nous. Toute l'étendue en nous que nous avons fermée au bonheur, nous l'avons fermée à Dieu. Toutes les zones de notre âme où nous nous sommes résignés à ne pas laisser entrer la joie et la lumière, nous en avons exclu Dieu. Il faudrait accepter cette chose impossible : que le bonheur nous envahisse de nouveau, qu'il soulève toutes les montagnes de notre cœur, qu'il nous réjouisse de la plus fraîche, de la plus neuve, de la plus violente joie, pour que Dieu en nous puisse redevenir Dieu. Et c'est précisément ce qui devrait se passer… à Pâques.

A Pâques, il nous est révélé combien Dieu s'intéresse à nous, combien Dieu veut intervenir dans nos vies, combien Dieu veut prendre de place dans notre existence, et son amour est tel que si on consent à y croire, il ne peut pas faire autre chose que de prendre en nous toute la place et opérer tout renouvellement. C'est cela que la Passion nous révèle, c'est que Dieu nous aime. L'amour qu'il a pour nous, la passion d'amour avec laquelle il veut nous transformer et nous sauver. La Passion nous révèle notre terrible pouvoir sur Dieu. Quand quelqu'un nous aime, nous avons un grand pouvoir sur lui, pouvoir de le réjouir, pouvoir de le faire souffrir.

Eh bien, la Passion est la révélation du pouvoir que nous avons sur Dieu. Il s'est livré à nous, nous l'avons eu à notre disposition, on en a fait ce qu'on a voulu. On a pu prendre sa main, mais c'était pour la percer, son visage, mais c'était pour le souffleter. Son cœur, il nous l'a livré, c'était pour que nous le percions. On a pu tout lui faire, le dénuder, et tout ce qu'on peut faire subi à quelqu'un qui vous aime et qui vous est livré.

Et cependant, quand on y pense, quelle source de joie il y a là. Tout cela, qu'est-ce que cela signifie, sinon le pouvoir que nous avons sur lui pour le réjouir ? Puisqu'il nous montre ainsi combien il nous aime, il nous montre ainsi combien il est sensible à notre amour. Nous pouvons, pour le réjouir, tout ce que les autres, tout ce que nous-mêmes avons pu faire pour le faire souffrir.

Nous aussi, nous pouvons réjouir son cœur. Quelle joie, quelle audace, quelle folie d'amour doit engendrer en nous l'exemple même de ses bourreaux. C'est avec eux qu'il nous faut rivaliser de zèle et en voyant tout ce que Jésus leur a donné de pouvoir sur lui pour faire souffrir, nous mesurons tout le pouvoir qu'il nous donne sur lui pour le réjouir.

Jusqu'ici, nous avons aimé Dieu d'un amour découragé, accablé, d'un amour qui n'osait pas se dire, qui ne croyait pas plaire, qui n'avait pas l'audace de croire qu'il pouvait réjouir. Nous venions devant lui, et accablés de son silence, nous partions vite. Nous en avions vite assez de rester, de parler, d'agir seuls. Mais ce que la croix nous apprend et ce que nous rend présent la résurrection de Pâques, c'est un Dieu tendre, simple, enfant, infiniment sensible à nos marques d'affection, infiniment vulnérable, un Dieu sans préjugés contre nous, qui prend sa joie dans notre cœur. Quel étonnement est le nôtre !

Dieu est infiniment meilleur que nous ne l'avions jamais cru, Dieu grandit devant nous à sa véritable stature, Dieu, enfin, brise l'étroite enveloppe dans laquelle l'avaient enfermé nos préjugés, nos déceptions. Dieu se montre Dieu devant nous.

C'est cela la joie de Pâques, c'est avoir retrouvé Dieu, l'avoir reconnu tel qu'il est et a toujours été, tel que nous l'avions méconnu. Pâques, c'est venir devant Dieu s'agenouiller, s'asseoir et rire de joie à la pensée qu'on le réjouit.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Important à signaler
commenter cet article

Articles Récents

Liens