Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 08:23

Vous savez que Claude Reichman est régulièrement invité à s'exprimer sur la radio Rockik. Il prend souvent le temps de préciser certaines choses que certains d'entre vous ont peut-être mal compris. C'était par exemple le cas quand il a expliqué le 23 novembre pourquoi il faut se méfier de l'assurance vie. Le 18 janvier 2008, il nous explique ou nous ré-explique le pourquoi et  comment de la Révolution bleue à travers une réponse qu'il donne à un auditeur :

Repost 0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 18:32

Une manifestation mensuelle de la révolution bleue me coûte 2 litres d’essence et deux tickets de métro, soit l’équivalent de quatre Euros.

Avec quatre Euros j’envoie huit lettres.
La Révolution bleue ne se manifestant  plus dans la rue pour le moment ; j’ai décidé de consacrer ce budget mensuel à informer les journalistes et les directeurs de la rédaction de mon journal local : « La France a quitté l’Union européenne ! Une telle nouvelle mérite d’être connue de tous nos compatriotes.  Faites-la connaître autour de vous, exigez la vérité » C.R
Je colle un article de Claude Reichman dans mon traitement de texte, j’imprime et j’envoie.
Mon souhait pour 2008 est que beaucoup de révolutionnaires bleus fassent comme moi, à défaut de se manifester dans la rue.
Repost 0
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:30
deficit.jpg
... sont à lire sur son blog.
Repost 0
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 14:39

fontaine-bleue-nancy.jpg

La mobilisation populaire que la Révolution Bleue appelait de ses vœux s’étant réalisée dans les urnes au profit du candidat incarnant la « rupture », quel bilan pouvons-nous dresser quatre mois après l’élection présidentielle?

Une loi au rabais sur le service minimum dans les transports publics, une autonomie des universités passée à la trappe, un « paquet fiscal » édulcoré par le Conseil Constitutionnel et rendu bien peu attractif pour l’immense majorité des Français, une croissance en berne, une approche timorée du problème de l’immigration et des « sans papiers », des tergiversations et demi-mesures en perspective sur les régimes spéciaux de retraite.

En revanche, aucune rupture en vue avec notre ruineuse « exception française », ses déficits et ses gaspillages en tout genre, avec la dictature de syndicats minoritaires et sans légitimité, avec les bavures à répétition de notre système judiciaire, avec le naufrage des monopoles publics comme ceux de l’éducation « nationale », de l’ANPE/UNEDIC, de la SNCF et de la sécurité sociale.

A propos de l’insécurité qui s’installe, des violences urbaines qui perdurent et de l’islamisation qui gagne chaque jour du terrain : silence radio ! Sur tous les sujets qui fâchent ou qui dérangent, l’occultation est de rigueur, soigneusement entretenue par les gardiens du politiquement correct.

Bernard KOUCHNER vient d’en faire l’expérience, en prononçant à la télévision un mot tabou. Idem pour François FILLON qui vient d’avoir le mauvais goût d’avouer qu’il était à la tête d’un Etat en faillite. Quant à Christine LAGARDE, elle s’est fait réprimander il y a peu pour avoir imprudemment parlé d’un « plan de rigueur » en préparation dans la Fonction Publique !...

Il ne faut surtout rien faire ni rien dire qui puisse susciter l’angoisse ou réveiller l’esprit critique les Français ! Et pour leur faire croire que tout va bien, le pouvoir en est réduit à vivre d’expédients médiatiques. On ne recule alors devant aucune naïveté ou manipulation.

Comme Jacques Chirac en son temps avait su utiliser l’effet de la coupe du monde de football pour relancer sa cote de popularité, Nicolas Sarkozy implore les dieux du rugby de lui rapporter les bénéfices d’une victoire, avec en prime le point croissance économique qui nous manque !

En se retrouvant en première ligne après avoir accaparé tous les pouvoirs, le nouveau chef de l’Etat risque d’apparaitre bien seul.

Après avoir servi de rampe de lancement à son président, l’UMP semble loin d’incarner une force militante capable le moment venu de mobiliser ses troupes pour les faire si besoin descendre dans la rue, pour soutenir une personne (de Gaulle en mai 68), un programme ou une idée (défense de l’école libre en juin 1984)

Quant au Front national il a pratiquement disparu, payant au prix fort son positionnement « gaucho-lepéniste », ses incohérences programmatiques, et son absence de crédibilité. Sans le sou, réduit à une petite équipe de courtisans s’agitant autour de Marine Le Pen, il ne représente plus le moindre espoir d’alternative sérieuse au système en place.

Sur un tel champ de ruine, il existe un boulevard pour une force politique nouvelle issue de la société civile, suffisamment responsable pour soutenir les actions positives du gouvernement, mais assez lucide et totalement libre pour dénoncer ses reculades et combattre ses déficiences, en formant ainsi une force de recours en phase avec les aspirations des Français et les nouveaux enjeux de notre temps.

A partir de ce constat, nous avons décidé de créer une association intitulée Lorraine Force Bleue, ayant pour objet de fédérer sous un même label les initiatives actuellement en cours de développement, en leur fournissant un cadre pérenne, pour leur formation, leur travail, et leur représentativité.

A la fois comité de soutien et association-relai de la Révolution Bleue, Lorraine Force bleue (LFB) se donne pour objectifs :

- de créer des comités dans le plus grand nombre possible de villes lorraines,

- d’étudier l’actualité locale, d’organiser des débats et de prendre position sur les grands dossiers, en fonctionnant sur le modèle d’un « think tank » régional.

- de participer chaque fois que possible à l’expression du suffrage universel en Lorraine, à l’occasion des futures échéances électorales. Pour ce faire, Lorraine Force Bleue prendra des initiatives en vue de susciter ou de soutenir des candidats ou des listes défendant ses aspirations.

Notre expérience pourra ainsi servir d’exemple à d’autres régions, afin de rendre possible une nouvelle phase de développement de la Révolution Bleue.

Pour contacter Lorraine Force Bleue :
lfb-lorraine@voila.fr

Arnaud Damerval

Repost 0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 14:57

getattachment.jpg


Olivier Pichon, Georges Clément et Gérard Pince ont tenu avec Claude Reichman une réunion le 24 mai afin d’échanger leurs analyses pour  définir une ligne politique claire, et diffuser des commentaires convergents sur les différents médias dont nous disposons. A l’issue de cette réunion, un relevé de conclusions reprenant l’ordre de nos discussions a été adopté par consensus :

 

1-Composition du gouvernement : Accord pour considérer que cette composition est sans signification politique réelle et qu'elle vise à déstabiliser les électorats centristes et socialistes.

2-Opinion sur les réformes annoncées cet été : Même si ces réformes représentent des avancées, elles n'ont pas d'effets structurant et ne répondent pas à la gravité de la situation (déficits finances, immigration, islamisation, etc...)

3-Capacité du gouvernement à réaliser ces réformes : La volonté réelle de réforme est mise en doute. De toutes manières, le pouvoir sera vite immobilisé par le système (syndicats, administration, lobbys) ce qui entraînera une déception massive.

4- Rôle de la RB : La RB doit récupérer l'électorat qui ne reviendra plus vers le FN  et plus largement tous les déçus de Sarkozy. S'agissant de l'organisation, il n'est possible de se structurer efficacement que dans le mouvement. Or celui-ci ne prendra naissance que lorsque les déçus de Sarkozy commenceront à se tourner vers la RB. Enfin, la RB considère qu'une crise générale emportera le système à plus ou moins brève échéance.



Quelques commentaires personnels de Gérard Pince : 

 

Il est clair que les réformes annoncées se réduisent comme une peau de chagrin. La raison en est simple : Dès qu’une réforme est présentée, l’administration s’active aussitôt pour en faire une usine à gaz. Etant devenue inapplicable, il suffit alors de la vider de  tout contenu novateur pour revenir à la routine habituelle. Par ailleurs, les différents traités que la France a signés tissent un ensemble de liens qui ligotent nos politiques (la reculade sur la Turquie est exemplaire à cet égard). Lorsque ces réformes seront enfin avalisées par le conseil constitutionnel,  leur mise en œuvre se heurtera aux syndicats et au risque lancinant d’un troisième tour ethnique.

 

Le peuple croit exprimer sa volonté en votant: Il ignore qu’il n’est plus souverain. Même si les législatives donnaient  577 députés à l’UMP, cela ne changerait rien à cette situation. C’est bien pourquoi nous avons toujours dit que seule une révolution pourrait trancher ce nœud gordien.

 

Dès la rentrée, les déçus se compteront par légions. Il ne faut surtout pas qu'ils reviennent vers le FN. Le programme de ce parti est, sur bien des points, à l’opposé de nos idées. Pour ceux qui pouvaient encore en douter, les déclarations de Le Pen à l'occasion des dernières présidentielles (discours d'Argenteuil) ne laissent aucune équivoque. Comme l’indique le relevé de conclusions, c’est donc  la Révolution bleue qui doit récupérer, autour de son propre programme, tous les déçus de Sarkozy. La structuration se réalisera à cette occasion. Il faut néanmoins aller vite car la nature a horreur du vide.

Repost 0
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 13:11
Repost 0
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 13:48

Lancée le 26 octobre 2005 par un article et annoncée sur Radio courtoisie le 29 novembre 2005 par Claude Reichman (acheter son livre) en compagnie de Jean-Christophe Mounicq, d’Olivier Pichon, de Georges Clément et de Michel de Poncins, qui en deviendront tous des orateurs réguliers, et après 10 manifestations, la Révolution bleue a 1 an !

Viendront s’ajouter Gérard Pince et ses désormais célèbres chroniques vidéo, et d’autres comme le Docteur Louis Mélennec, Michel Thooris ou encore Louis Chagnon.

 

 

Les soutiens sont alors nombreux : du général Bigeard au Professeur Christian Cabrol en passant par Alain Griotteray, Gérard Nicoud ou encore la Confédération Nationale des Entrepreneurs.

De nombreux « sites résistants » ont rapidement défendu la Révolution bleue : Conscience Politique, France Echos, Occidentalis, Vox Galliae, le Salon Beige, le Dunonle blog néoconservateur de David Martin. le blog « brèves » de Woland, et beaucoup d’autres… dont bien évidemment ce blog qui lui est consacré, créé en janvier 2006 et ayant déjà attiré plus de 65000 visiteurs.

Puis un jeune garçon mettra en place le forum et le t’chat de la Révolution bleue…

Les actions de la Révolution bleue ont été rapportées dans la presse française (principalement par Valeurs Actuelles) mais aussi dans la presse étrangère.

Un café politique voit le jour à Paris avec un énorme succès. En Province, des comités locaux autour de cafés politiques commencent à émerger ici ou là.

La Révolution bleue s’est également dotée de cahiers de doléances, d’un bulletin d’information téléphonique et s'est même trouvé un hymne !

A l’approche d’élections dont malheureusement il n’y a point de salut à attendre, la Révolution bleue apparaît et apparaîtra de plus en plus comme le seul recours à la crise majeure que traverse notre pays.

Vive la Révolution bleue !

Vive la France !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 17:12

Il y a plus d’un mois, nous prédisions que les violences en France allaient faire des morts, car la police, face aux agressions dont elle est l’objet, serait contrainte de faire usage de ses armes. C’est arrivé le jeudi 23 novembre au Parc des Princes. Cela arrivera n’importe où demain. Et ce sera l’embrasement général.

Quels que soient les voyous qui sont à l’œuvre dans ces affrontements, il s’agit d’une situation qui est devenue incontrôlable. Le gouvernement ayant donné consigne aux forces de l’ordre de se retirer des zones dites « sensibles », les jeunes gens violents se répandent en dehors de celles-ci et choisissent les lieux les plus fréquentés pour y perpétrer leurs actes. Sans compter les faux contrôles de police auxquels ils se livrent sur les routes ou les rodéos automobiles qui sèment la terreur dans les rues.

Ces évènements dramatiques ont une cause unique : la faiblesse de l’Etat. Paralysé par sa lourdeur et par la pusillanimité de ses dirigeants, celui-ci en est arrivé à oublier sa mission première : assurer la sécurité des citoyens. Tracassier et impérieux avec les honnêtes gens, l’Etat, comme tous les faibles, s’aplatit devant ceux à qui il ne fait pas peur. Et ces derniers sont de plus en plus nombreux, car chaque recul de l’autorité publique accroît le nombre des hors-la-loi.

Toutes les violences ne sont pas le fait de jeunes gens issus de l’immigration, mais elles le sont en grande majorité. Face à ce qui est devenu le premier problème national - et qui va l’être chaque jour davantage - le pouvoir politique est désarmé. Il s’incarne aujourd’hui dans un président vieilli et paralysé par un humanisme de pacotille qui lui fait croire qu’affirmer à chaque occasion un antiracisme digne des bondieuseries d’antan va lui valoir les applaudissements du pays et du monde entier, et dans les deux principaux candidats à la prochaine élection présidentielle, dont aucun n’a la moindre chance de réussir dans les fonctions auxquelles ils aspirent.

Ségolène Royal, même si elle a reçu une éducation de droite contre laquelle elle s’est d’ailleurs rebellée en devenant socialiste, est soutenue par les forces politiques qui ont toujours prôné les vertus d’une immigration sans frein ni limites, qui hurlent au racisme à la première tentative de réduction du flux migratoire et qui ne voient de salut que dans la hausse des prélèvements obligatoires et dans la redistribution généralisée. Quoi qu’elle pense - et à la vérité personne n’en sait rien puisqu’elle se garde bien de prendre la moindre position claire - la candidate socialiste ne pourra résoudre, si elle est élue, aucun des problèmes du pays.

De même, Nicolas Sarkozy est une réincarnation de Gorbatchev qui prônait une  "rupture" de façade, faite de menus aménagements et de rafistolages, et dont il espérait follement qu’elle améliorerait la dramatique situation du pays assez pour permettre au système de se perpétuer et garantir ainsi son maintien au pouvoir. De plus, en choisissant de privilégier le communautarisme, M. Sarkozy ferme la voie à l’intégration républicaine et ouvre celle qui conduit à la libanisation de la France.

De tout cela les Français sont conscients, même s’ils ne l’expriment pas toujours bien. C’est ce qui fait de la prochaine élection présidentielle un théâtre d’ombres, dont nul ne croit qu’elle peut donner à notre pays les chances de son redressement.

Comme toujours dans les grandes crises nationales, c’est du tréfonds du peuple que viendra le salut. Déjà des hommes et des femmes au foulard bleu se sont dressés pour appeler au refus de l’abaissement et de la prétendue fatalité. Un simple geste suffit désormais à chaque Français pour marquer son appartenance au camp du courage et exiger le vrai changement : le port du foulard bleu. Nul ne pourra rien contre une exigence populaire puissamment exprimée.

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue

Repost 0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 15:48

9ème manifestation de la Révolution bleue :

- à Paris, place du Châtelet ce jeudi 16 novembre de 18h00 à 19h00.

- en province, devant la mairie de votre commune, à la même heure...

... excepté à Ozoir-la-Ferrière où la manifestation se déroulera le samedi 18 novembre de 19h00 à 19h30, à l'initiative de Thierry Jallas (thierry.jallas@free.fr,  01.64.40.36.60 / 06.26.76.87.77) qui organise également chez lui samedi à 16h00 une conférence donnée par Yves Montenay sur le thème "Démographie politique de la planète : mécanismes et légendes" dont voici l'annonce :

 

 

La démographie politique est l'interaction entre populations, économie et politique ; elle utilise beaucoup moins de chiffres que la démographie statistique et parle des mécanismes liés à la population (au moins dans l'opinion générale) : développement, écologie, retraites, migrations. On y croise bien sur libéralisme et socialisme à tous moments. Il y aura des exemples du monde entier, mais particulièrement français et algériens, car ce dernier pays est un cas extrême et sur lequel on a des données relativement fiables.

Malgré l'allure abstraite de ce qui précède l'exposé sera extrêmement concret : Yves Montenay est un vulgarisateur.

 Yves Montenay, Centralien, Sciences-Po, docteur en géographie humaine a servi des entreprises, des institutions universitaires et des grandes écoles sur tous les continents.

Lieu : 16, rue Jean-Baptiste Clément, à Ozoir-la-Ferrière (adresse privée).

Conférence organisée  par « Agir Libre », cercle local de Génération Libérale et Comité de la Brie de Liberté Chérie. Merci de vous inscrire et de transmettre cette invitation à votre entourage

Repost 0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 14:36

C’est avec ça que vous voulez sauver la France ?

Plus de la moitié des Français (54 %) a du mal à vivre avec les revenus du foyer. C’est ce qui ressort d’une enquête que vient de publier l’Ifop. Ce résultat est d’autant plus éclairant que l’échantillon étudié est exceptionnellement important. En effet, plus de 27 000 personnes ont été interrogées, ce qui représente environ vingt fois la taille des échantillons habituels. Particulièrement destinée à étudier les caractéristiques des sympathisants du Front national, l’enquête de l’Ifop révèle qu’ils sont 68 % à « vivre difficilement », soit 14 points de plus que la moyenne nationale, et que les ouvriers votent à 25 % pour le parti de Jean-Marie Le Pen, alors qu’ils ne représentent que 14 % des Français. Il se confirme donc que l’électorat populaire s’est largement détourné des partis de gauche, ce qui explique la défaite de Jospin en 2002. Nous avions écrit à l’époque que beaucoup d’électeurs de gauche n’avaient pas voté pour lui parce qu’ils n’arrivaient pas à joindre les deux bouts et que des voyous incendiaient leurs voitures. Toutes les enquêtes d’opinion sont venues le confirmer. Celle de l’Ifop, comme celles qui recensent les violences urbaines et qui révèlent que celles-ci ont été multipliées par dix au cours des dix dernières années et par trente depuis 1993 !

Tous les ingrédients d’une explosion politique sont donc réunis. Et ce n’est pas la personnalité des prétendants à la présidence de la République qui est susceptible de rassurer le peuple. A gauche, les trois candidats sont soit de grands bourgeois, comme Fabius et Strauss-Kahn, disposant d’une fortune personnelle et n’ayant jamais connu le besoin, soit une représentante de la noblesse d’Etat, comme Ségolène Royal, qui a pu confier ses jeunes enfants à la crèche de l’Elysée, où elle était en poste sous M. Mitterrand, et qui n’a jamais gagné le moindre centime qui n’ait été prélevé par l’impôt à ses concitoyens. A droite, M. Sarkozy vit depuis trente ans de la politique, c’est-à-dire lui aussi de l’impôt, tout comme M. de Villepin, haut fonctionnaire aux mains exemptes de tout cal, et comme bien entendu M. Chirac, qui est un des hommes qui a coûté le plus cher à titre personnel aux Français en raison de l’exceptionnelle longévité de sa carrière politique, entièrement menée sous les ors de la République. Et c’est avec ça que vous voulez sauver la France ?

Soyez sérieux et réalistes un court instant, Madame et Messieurs les candidats. Qui peut vous croire suffisamment représentatifs des Français pour qu’ils vous fassent vraiment confiance ? Dans les circonstances difficiles, le peuple ne peut confier les destinées du pays qu’à un grand personnage ou à un homme issu de ses rangs et n’ayant jamais renié ses origines. Margaret Thatcher était fille d’épicier et fière de l’être. Ronald Reagan avait débuté dans de petits rôles à Hollywood et s’était illustré dans le syndicalisme. L’une et l’autre ont eu la confiance du peuple et ont redressé leur pays.

Il n’existe pas d’homme providentiel en France. Nous n’avons plus de général glorieux, ni de héraut populaire ayant brisé mille lances avec ses adversaires et baigné de ce fait d’une exceptionnelle aura. C’est donc des rangs du peuple que surgira celui ou celle à qui reviendra la redoutable mission de rendre au pays la prospérité et la paix civile.

Prospérité et paix civile : les deux objectifs sont liés. La prospérité française a été assassinée par trente années de folles dépenses publiques, d’impôts, de charges sociales, de déficits et de dettes. La paix civile est morte sous les assauts du chômage de masse, de l’immigration incontrôlée et de l’immoralité d’une classe politique à qui nul ne fait plus confiance.

La Révolution bleue a parfaitement analysé les causes du mal français. Elle sait quels remèdes lui appliquer pour guérir le pays. Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de Français la rejoignent, au point d’inquiéter les satrapes qui exercent tout le pouvoir depuis plus de trois décennies. Eh bien que ceux-ci se rassurent. Leur éviction est si proche qu’ils n’ont même plus à se préoccuper de l’avenir !

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue.

Repost 0

Articles Récents

Liens