Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 19:36

Discours de Jean-Christophe Mounicq à la 6ème manifestation de la Révolution bleue, le 17 juin 2006

 

Chers amis,

 

Nous voici réunis pour la 6e manifestation de la Révolution bleue devant le Conseil économique et social, que ses membres et même des spécialistes de droit constitutionnel appellent  la « 3e chambre ».

La "3e chambre ?" Quelle farce !

La 1ère chambre est  composée majoritairement de fonctionnaires, les énarques de l'UMPS  choisissant soigneusement ceux qui ne le sont pas parmi ceux qui leur seront soumis.

C'est la chambre où nos députés accouchent chaque jour de nouveaux impôts spoliateurs, de nouvelles dépenses publiques et sociales contreproductives, de nouvelles réglementations insanes.

La 2e chambre est la maison de retraite de la première chambre et n'en diffère ni dans sa composition ni dans son état d'esprit.

Quant à la 3e chambre, elle est le repère des syndicalistes issus de la fonction publique et du grand patronat, lui aussi sous l'emprise des fonctionnaires à travers les énarques type Seillière ou Gautier-Sauvagnac.

Ces trois chambres sont les chambres closes de la France malade.

Le conseil économique et social est la chambre non élue d'un parlement dévoyé qui ne représente plus que les fonctionnaires privilégiés de la Ve république agonisante.

On nous présente, sans rire, le conseil économique et social comme le lieu où se rencontrent les « forces vives de la nation ». Les forces vives ?  Ces « forces vives » ne sont au contraire que des « branches mortes ».

Tous ces membres de la caste privilégiée sont la dernière nomenklatura, après celle de feue l'Union Soviétique.

Souvenons-nous c'était avant 1989, avant la chute du mur de Berlin. Les communistes étaient les seuls à jouir de leurs villas, de leurs datchas, de leurs grosses voitures, et de leurs magasins spéciaux bien approvisionnés tandis que les moujiks s'entassaient à plusieurs familles dans des appartements étroits et délabrés et faisaient la queue devant des échoppes quasi-vides.

Dans la France de 2006, pendant que les privilégiés corrigent les virgules de rapports que personne ne lira, les Moujiks français que nous sommes constatent le recul sans précédent de leur pouvoir d'achat, de leur niveau de vie. Pendant que les hommes de  l'Etat distribuent 130 000 logements de fonction et des centaines de milliers de logements sociaux à leurs clientèles électorales, les moujiks sont acculés à louer ou acheter toujours plus cher des habitations toujours plus petites. Sans le sou, les moujiks français regardent vieillir leurs « bagnoles » et achètent toujours plus souvent dans des magasins bas de gamme type Leader Price.

Les prétendues  « forces vives »  ne sont que les petits hommes gris du système soviétoïde français, qu'il nous faut désormais renverser si nous ne voulons pas périr.

Périr ruinés par l'effondrement financier d'un Etat qui se dirige à grand pas vers sa banqueroute, voire périr mutilés dans une guerre civile à caractère ethno-religieuse dont les émeutes de novembre n'ont donné qu'un avant-goût.

Ces « forces vives »,  dans le langage politiquement correct français, ne sont que les « faiblesses ternes » d'un système mensonger, destructeur de richesses et fondé sur l'injustice.

Les « précieux conseillers » que l'on nomme - pour ne pas dire qu'ils "travaillent" - au Conseil Economique et Social seraient « à notre service ».

Ces « précieux conseillers »  tiennent davantage des « parasites » vivant sur le dos des esclaves français que l'on dépouille des fruits de leur travail et de leur épargne.

C'est à « leur » service que ces parasites se sont mis. Ils sont au service de « leurs » avantages. Ils ont pour but la préservation de « leurs » privilèges.

Le Conseil économique et social se présente aussi comme un lieu de « réflexion » d'où sortiraient force précieux rapports, qui guideraient les pas de nos gouvernants vers l'avenir radieux qu'ils promettent aux Français.

Vous voyez, on ne quitte pas le domaine du comique.

Qui peut citer un seul rapport du conseil économique et social qui n’ait jamais servi la France ?

En réalité ces rapports et colloques du CES, comme 99% des milliers de rapports que pondent chaque année nos centaines de milliers de fonctionnaires, servent surtout de prétexte à leurs traitements et privilèges.

Ces rapports et colloques sont de deux types :

Il y a d'abord les études inutiles qui portent sur des sujets inintéressants.

Il y a ensuite les études de propagande et de désinformation qui, insèrent quelques faux chiffres d’importance au milieu de centaines d’autres statistiques anodines, et sont destinées à masquer le délabrement de notre pays.

Jeudi 22 juin, les « conseillers » vont assister à un colloque sur « les autorités indépendantes,  nouveau mode de gouvernance ».

Mais qu'est-ce donc que les Français « normaux » en ont à faire, de leurs  « nouveaux modes de gouvernance » ?

Messieurs les Conseillers, jugez-vous les Français suffisamment crédules pour croire que les « autorités » que vous appelez « indépendantes » le seraient vraiment ?  Si indépendance il y a,  ce n'est certes pas une indépendance par rapport au système soviétoïde français : c'est une indépendance résolue par rapport aux souhaits de la population.

A côté des rapports inutiles, disions-nous, figurent les rapports propagandistes et mensongers comme le rapport de Philippe Le Clézio intitulé, - tenez vous bien :

« prélèvements obligatoires : compréhension, efficacité économique et justice sociale ».

« Compréhension » ? Nous avons compris : nous sommes vos esclaves, que vous écrasez de charges et d'impôts.

« Efficacité économique » ? Nos politico-fonctionnaires ne font que détruire : en 2005, quand la croissance mondiale dépasse les 4%, la France fait 1,2%. Et encore ces 1,2%  ne sont-ils qu'une fiction pseudo-comptable, où l'on enregistre comme une "production"   des dépenses publiques et sociales elles mêmes financées par l'emprunt.

Nos déficits et nos taux de chômage record sont la meilleure illustration de votre pillage et de votre gaspillage sans précédent, ils sont la face visible du scandaleux système que vous avez mis en place!

Quant à la prétendue « justice sociale », c'est à une injustice systématique que nous avons affaire puisque ce sont ceux qui travaillent le moins et ne prennent aucun risque dans les ministères et les entreprises d'Etat qui gagnent le plus.

Injustice sociale puisque les retraités de la fonction publique qui représentent 30% des retraités s’octroient sans vergogne 70% du montant des pensions de retraites, comme le souligne François de Closet dans son dernier ouvrage.

Injustice immorale puisque les RMIstes vivent souvent mieux que les smicards.

Les rapports du CES sont des rapports de propagande pondus par des politiciens dévoyés  assistés de fonctionnaires complices.

Le plus emblématique de ces rapports propagandiste et mensonger était probablement le rapport de René Teulade publié en 2000 sur « L'avenir des régimes de retraites ».

Avant qu'on le mette en examen pour abus de biens sociaux, Monsieur Teulade  nous expliquait doctement qu'il n'y avait pas de problème pour financer les retraites parce que nous allions faire 3,5% de croissance par an en moyenne sur les 40 prochaines années.

"3,5%" ? Depuis l'année 2000,  nous ne les avons pas fait une seule fois. Et nous sommes à 1,2% pour l'année 2005. L'avenir de nos régimes de retraite et de nos retraités est le plus sombre de tous les pays développés.

Le teuladisme consiste à enrayer tout processus de réforme, en s'efforçant de faire croire que tout va bien.

Le teuladisme correspond à l'état d'esprit des propagandistes qui multiplient ces rapports mensongers.

Ces rapports ne servent qu'à tenter de masquer la réalité de la France qui tombe. La France qui s'effondre financièrement.

Et la France qui basculera dans la guerre civile.

Le teuladisme, c'est l'état d'esprit des politiciens incapables qui nous gouvernent.

Le teuladisme c'est du sarkozysme, du nom de cet « ultra-libéral » qui n'a rien fait d'autre, quand il était secrétaire d'Etat au budget ou ministre des Finances, que d'augmenter les impôts, notamment la CSG sous Balladur, et de garantir les super-privilèges des fonctionnaires notamment en faisant payer les super-retraites des personnels d'EDF-GDF par le régime général, c'est à dire par les salariés du privé déjà très défavorisés.

Le teuladisme, c'est aussi du ségolisme.

« Travail, ordre et sécurité repassent à gauche » titrait Marianne. Quelle blague !

L'énarque Ségolène nous explique que les 35 heures du « génial » DSK, - si, si,  tous sont unanimes sur sa grande intelligence (pour s’enrichir sur le dos des étudiants, avec la MNEF ?), a appauvri  ceux qui avaient déjà de la peine à joindre les deux bouts. Eux, évidemment, ils s'en moquent l'un et l'autre, parce qu'ils ne font même pas partie de la classe  moyenne. Mais, élections obligent, ils font comme si.

Alors, un jour, Ségolène reconnaît que les 35 heures ont appauvri  les classes inférieures. Et puis, le lendemain, ne nous fait-elle pas savoir que les 35 heures seraient une « grande conquête sociale » ?

Voilà donc « Une grande conquête sociale qui a appauvri les classes inférieures ? » Quelle est donc cette logique ?

Sans doute l' « Autre logique » : celle des énarques !

Mettez-vous d'accord avec vous-même, Ségolène !

Il ne suffit pas de se faire refaire les dents pour devenir une présidente digne de ce nom. La présidentielle n'est pas l'élection de miss ENA dans la catégorie des plus de cinquante ans.

 Il faut être cohérent. Vous ne l'êtes pas, vous, qui partagez depuis 1981 les responsabilités du pouvoir. Vous qui fûtes membre de ces gouvernements, des parlements « esclavagistes-absurdistes » qui ont infligé à la France le désordre et la ruine.

Nicolas et Ségolène, nous voudrions vous dire que les « poires » en ont marre de voter pour des « pommes »  qui distribuent des « bananes » à leurs affidés, et ne laissent que des « queues de cerises » à leurs esclaves.

Notre république est une république bananière, corrompue et gaspilleuse.

Il est temps d'y mettre fin.

Il est temps de supprimer toutes les planques de la république bananière, tous les organes de désinformation et fromages inutiles du type du Conseil économique et social.

Il est temps d'appliquer la tolérance zéro pour rétablir la sécurité.

Il est temps de diminuer les impôts et les charges pour relancer l'activité économique et améliorer le pouvoir d'achat des Français.

Il est temps de renvoyer cette classe politique incapable.

Vive la liberté !

Vive la Révolution bleue !

Retrouvez d'autres discours (ceux d'Olivier Pichon, de Georges Clément et de Gérard Pince) sur le site de Claude Reichman : cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

de san nicolas jean bernard 06/07/2006 11:43

Amis (es) de la Révolution bleue,

Nul n'est besoin de remerciements pour mon implication dans cette extraordinaire aventure qu'a initiée Claude Reichman afin de dire non à:
- La chienlit !
- Trop plein d'impôts et de charges !
- Politiciens incapables !!

Je crois que tout (te) Français aimant son pays, sa culture et sa civilisation
a pour DEVOIR aujourd'hui de se rallier à la Révolution bleue dont le mouvement POPULAIRE ne cesse de s'amplifier.

Il s'agit d'une question de vie ou de mort pour notre avenir citoyen et celui de nos descendants auxquels les pires difficultés et souffrances seront sans communes mesures si le "système" n'est pas réformé à court terme.

Je souhaite, pour ma part, qu'un nombre toujours plus important de sympathisants vienne enrichir notre mouvement dans tous les départements de France, d'Outre-mer et les DOM-TOM afin que la voix du PEUPLE français puisse se faire entendre aux prochaines élections présidentielles de 2007 et permettre ainsi une renaissance de la vraie société libérale reposant sur une DEMOCRATIE digne de ce nom.

VIVE LA REVOLUTION BLEUE !
VIVE LA FRANCE !

chahid 22/06/2006 03:17

Pour « des Lettres ouvertes à Mme Ségolène Royal sur la vassalisation de l'Europe par l'empire américain. »

david martin 21/06/2006 08:22

Comme je préfère voir Jean Christophe parler politique que football. Voilà un discours puissant et clair, bien supérieur à son discours sur l'équipe de France des Dom Tom.

On peut être patriote , révolutionnaire et aimer les bleus , révolution et équipe

Articles Récents

Liens