Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre


Recherche

23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 14:59

Et s'il tentait de prendre la présidence d'Areva maintenant...

Ce serait marrant non ?

Entre lécher les bottes des officines communautaristes et lécher les bottes du chef de l'Etat, le choix ne serait pas aisé.


Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 09:57


Frédéric Mitterrand ne démissionnera donc pas. Soutenu jusqu'au bout par le chef de l'Etat et ses proches, quelles conséquences politiques peut-on tirer de cette affaire ?

Nicolas Sarkozy sait que sa base électorale originelle s'amenuise mais l'assume pleinement. Elu sur un discours aux accents de droite conservatrice, il se place aujourd'hui plus que jamais sur le terrain d'une "droite bling bling" qui ne forme qu'un continuum avec la "gauche caviar", elle-même issue de la gauche révolutionnaire soixante-huitarde.

Leur caractéristique commune est leur volonté de s'affranchir de la morale traditionnelle.

Leurs représentants se retrouvent aujourd'hui au sein de toute la sphère politico-médiatique.

Marine Le Pen a réussi un très beau coup en se faisant habilement (ce que n'avait pas réussi Bayrou face à Cohn-Bendit) la défenseuse d'une morale traditionnelle dont beaucoup de Français gardent néanmoins trace.

Certains membres du PS, animés aussi bien sûr par un esprit revanchard à l'encontre du traître Mitterrand, ne s'y sont d'ailleurs pas trompés en lui emboîtant le pas, tout en se gardant paradoxalement d'être le parti de l'ordre moral, ainsi se décrédibilisant.

Marine Le Pen saura-t'elle en tirer profit durablement ? Attention pour elle de ne pas aller trop loin. Un procès en diffamation pourrait la guêter, tant il est vrai qu'aucun élément formel de pédophilie avérée n'est contenu dans le livre incriminé de Frédéric Mitterrand.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 10:45

Pas très réjouissant comme question de rentrée mais c'est ainsi que notre ami Jean-Christophe Mounicq entame son article paru dans Valeurs Actuelles (qui avait, saluons-le, il y a quelques semaines, laissé également place à la vérité en interrogeant Claude Reichman à propos de la fin du monopole de la SS : c'est ici).

 
Addendum : nouvel article signé Jean-Christophe Mounicq à lire dans Valeurs Actuelles : ici.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 09:40

Tout ça...




... pour en arriver là aujourd'hui !




Vive la Révolution mais la Révolution bleue !

En attendant, la véritable fête nationale pour tout défenseur de la liberté devrait être cette année le 15 juillet.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 17:20
... qui ne date pourtant pas d'aujourd'hui puisqu'il s'agit d'un extrait de film sorti en... 1937 !

Mais les répliques sont savoureuses...

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:49

Imaginez un ménage qui dépenserait beaucoup plus que ce qu'il gagne, qui aurait déjà accumulé une montagne de dettes et qui irait trouver son banquier afin de contracter un n'ième prêt. Le banquier refuse.


Que vous inspire cette situation ?


1ère réponse : C'est honteux de la part du banquier qui est très riche. Il devrait être solidaire sachant que beaucoup de monde vit aux crochets de ce ménage. Que vont-ils devenir ? Il faudrait des lois pour obliger le banquier à prêter encore et encore...


2ème réponse : C'est normal de la part du banquier. Il a mieux à faire avec son argent que de le placer dans un panier percé. Et puis il a déjà assez donné ! Ce ménage et tous ceux qui en vivent doivent apprendre à mieux gérer l'argent. Et qu'on ne vienne pas nous parler de solidarité car la première et la meilleure façon d'être solidaire, c'est de tout faire pour ne pas vivre au dépend des autres.

Il faudrait des lois pour libérer les freins au travail afin que le maximum de personnes puisse vivre du leur.


Et maintenant, si vous apprenez que des membres de la majorité parlementaire veulent rendre l'emprunt d'Etat obligatoire, ça vous inspire quoi ?


A l'heure où Madoff est condamné à 150 ans de prison pour avoir monté un système financier qui allait inévitablement s'écrouler, les politiciens incapables qui nous gouvernent devraient trembler.

Les 3 mots d'ordre de la Révolution bleue prennent encore une fois tout leur sens.

 


Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 15:47

C'est Sarkozy qui l'a concédé à Philippe de Villiers. Le problème, c'est qu'on peut raisonnablement penser qu'il s'en fiche...

En effet, rappelons-nous ce qu'a confié un jour Sarkozy à ce même PdV :

« Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid.»


Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 22:10

Article de Caroline Parmentier paru dans Présent le 23 mai 2009

Les cartables et les élèves fouillés. Les portiques de sécurité à la sortie des écoles. Une énième loi contre les bandes. Deux petits garçons de 6 ans et 10 ans embarqués par les policiers parce qu’ils étaient soupçonnés d’un vol de vélo… On est dans la plus complète improvisation. Totalement inadaptée à la réalité.

Le gouvernement fait la preuve de son incompétence, dépassé par le fait qu’il a créé une situation ingouvernable par les moyens ordinaires.

La proposition de Xavier Darcos d’autoriser la fouille des cartables est une mesure irréalisable. On est là dans le bla-bla sarkozyen, le « Kärcher », la « racaille », le cause toujours, tu m’intéresses. Et même si le gouvernement avait les moyens de contrôler tous les écoliers de France, en agissant ainsi, il taperait à côté. Il ne s’attaquerait pas aux vraies racines de la violence, de la haine et de la criminalité à l‘école qu’il a contribué lui-même à implanter.

Les deux enfants de 6 et 10 ans conduits au poste de police à Floirac (Gironde) et auditionnés pendant deux heures – il faut dire qu’il n’est pas facile d’arracher des aveux à des pointures de cet acabit – , c’est du délire et du grand n’importe quoi. Apparemment, c’est plus simple d’arrêter un présumé voleur de bécane en herbe âgé de 6 ans que de retrouver les dangereux voyous qui ont ouvert le feu sur les policiers en 2005 à Villiers-le-Bel – blessant 85 d’entre eux par balles – et dont la très grande majorité court toujours.

Les médias ont alors beau jeu de hurler au zèle sécuritaire alors que l’insécurité, elle, galope. C’est surtout un zèle imbécile et contre-productif, à côté de la plaque.

Professeur poignardé à Toulouse, policier renversé par une voiture à Amiens, fourgon de police attaqué à la kalachnikov, les faits emblématiques les plus graves se banalisent et font monter encore de plusieurs crans la violence de la délinquance quotidienne.

Pour regagner tous les territoires perdus de la République française que sont les banlieues immigrées et les établissements scolaires, il faut autre chose que l’improvisation et les discours de matamore en campagne électorale devenus ridicules et insupportables à entendre.

Il faut déjà commencer par reconnaître que l’insécurité et l’immigration ingérée sont liées. Il faut observer – quelle perspicacité ! – que les membres des bandes par exemple sont à forte majorité immigrée et qu’une nette proportion de la délinquance en France est née d’une politique d’immigration criminelle et suicidaire. Il faut s’apercevoir que la plupart de ces délinquants sont maintenant français et non expulsables selon nos lois. Et que ni nos lois ni l’idéologie dominante – la législation en vigueur n’est rien d’autre que la mise en œuvre de l’idéologie dominante – ne nous laissent aucune possibilité juridique, administrative, réglementaire de nous opposer à cet état de fait. Jean Madiran l’a écrit dans Une civilisation blessée au cœur, « face à une continuelle et massive invasion démographique, la France officielle ne peut rien légalement, elle ne peut rien moralement ».

Il lui faut d’abord retrouver son identité, restaurer l‘éducation et l’autorité, changer de morale et de légalité. Le reste ne sera qu’improvisation sarkozyenne.



Gérard Pince propose 3 mesures au Ministre de l'Education.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 13:31



Journée élargie cette année à la transphobie...


Et la zoophobie ?


Et en cette journée, ayons aussi une pensée compassionnelle envers tous ceux dont l'étroitesse d'esprit les cantonne à vivre une triste vie d'hétérosexualité exclusive.
Un jour, il faudra penser à les soigner...


Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 22:20


Editorial de Jacques Garello sur http://www.libres.org

« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » : le travail est souvent pénible, il nous fait suer. Il est la punition de l’homme coupable du péché originel : au lieu d’un paradis sur terre, d’un monde d’abondance, nous voici condamnés à la rareté, c'est-à-dire à l’économie (« l’économie d’abondance » n’existe que dans les utopies). « Travaillez, prenez de la peine » : nous n’y coupons pas. Nous pouvons en tirer une première leçon : sachons accepter l’effort, car nous n’en serons jamais dispensés, il y aura toujours quelque rareté qui guette l’être humain, éternel insatisfait. Le travail ne cesse que lorsque le besoin disparaît.

Il est vrai, comme disait Bastiat, que depuis qu’ils ont été condamnés à gagner leur pain, les hommes ont aussi cherché à le gagner à la sueur du front des autres. Mais est-ce possible aujourd’hui, se demandait le grand économiste français ? Pendant de nombreux siècles, l’esclavage était une solution efficace, mais il est aujourd’hui aboli. Le vol est toujours pratiqué, mais il est dangereux, risqué et réprimé. Il ne reste, disait Bastiat, qu’un seul moyen simple : l’Etat, « cette fiction sociale à travers laquelle tout le monde cherche à vivre aux dépens de tout le monde ». Il est vrai que la pratique de la redistribution, base de la société d’Etat Providence,  permet aux uns de profiter sans effort du travail des autres. La France est devenue un pays où prospèrent privilégiés et parasites, entretenus avec nos impôts, vivant de notre activité.

Se priver du travail est pourtant un mauvais calcul. Dans la vision chrétienne dominante à partir du Haut Moyen Age, l’homme au travail trouve dans son activité l’occasion de racheter le paradis perdu, de démontrer son aptitude à faire autrement, à se libérer de son enveloppe de pécheur, et à œuvrer pour son salut. Le travail devient rédempteur, il redonne à l’homme sa dignité. Il est vrai qu’un être humain sans travail a un sentiment d’exclusion : il ne participe pas à la vie commune, il ne peut exprimer son talent, il a perdu son droit naturel à l’initiative. Il a vite le sentiment d’être à charge, de ne pas être au niveau. C’est sûrement ce qu’il y a de plus dramatique dans le chômage, car s’il y a quelques chômeurs « professionnels », dont le travail consiste précisément à vivre du travail des autres, la grande majorité des chômeurs n’aspire qu’à retrouver un emploi qui lui redonnera sa place dans la société, dans l’entreprise, dans la famille. Le chômage est un scandale public, car d’une  part il a pour origine essentielle les interventions publiques, et d’autre part il existe des moyens éprouvés de l’éliminer.

Le travail dont est privé le chômeur est l’occasion de créer, il traduit la vocation des hommes à « dominer la terre », c'est-à-dire à vaincre les raretés pour satisfaire les besoins humains. Créer de la richesse, c’est aller au devant de ce que veulent les autres, et l’échange est la base de l’économie : il met en œuvre les complémentarités entre tous les talents individuels. Dans l’échange le travail des uns se coordonne avec celui de autres grâce aux signaux de rareté ou d’abondance émis par le marché à travers les prix et les profits, signaux captés par les entrepreneurs, véritables coordonnateurs des activités destinées à l’échange. Le travail devient ainsi service. Créer c’est rendre service aux autres. J’aime bien ce slogan publicitaire : les besoins des uns font le travail des autres.

 

De ces visions du travail, peut-on en déduire que la « valeur travail » est la seule qui soit, peut-on en venir à un « travaillisme » très à la mode ? Voilà une autre interrogation décisive.

En fait, « le travail » est un terme ambigu. N’est pas travailleur seulement « celui qui travaille » (le salarié par opposition au patron, le retraité par rapport à l’actif, l’actif par rapport au chômeur). Nous sommes tous des travailleurs, en ce sens que nous menons tous une action humaine en relation avec les autres. Le travail n’a pas une valeur intrinsèque, il ne prend de valeur que par sa destination : faire quelque chose pour les autres.

Le marxisme et le travaillisme ne connaissent que deux statuts sociaux : celui du travailleur prolétaire et celui du capitaliste bourgeois. La lutte est engagée entre eux, ce que gagne l’un est perdu par l’autre : aliénation, exploitation, paupérisation. Leur erreur vient des économistes classiques anglais du XIXème siècle : un bien n’aurait de valeur que par le nombre d’heures de travail qu’il a coûté. Cette valeur travail serait donc objectivement mesurable. L’école française et notamment Frédéric Bastiat, a considéré la valeur d’un bien comme purement subjective, dépendant des besoins respectifs de celui qui le produit et de celui qui le consomme, et ne pouvant être révélé que dans les termes de l’échange. C’est le service échangé qui fait la valeur, pas le travail. La rareté est toujours subjective et circonstanciée. Un verre d’eau pure a plus de valeur à Tombouctou qu’à Evian, et à Evian même il a plus de valeur pour quelqu’un qui a soif que pour quelqu’un qui vient de boire.

Ainsi le 1er Mai devrait-il être considéré comme la fête du service, ou la fête du marché. On considérerait peut-être enfin l’économie pour ce qu’elle est vraiment : non pas une lutte, mais une mutualité.

Repost 0
Published by Gil Albert Li - dans Opinion-Actualité
commenter cet article

Articles Récents

Liens